LE DIRECT
La dalle de Saint-Bélec

La plus ancienne carte en Europe est-elle bretonne ?

29 min

La dalle gravée de Saint-Bélec (Leuhan, Finistère), objet mystérieux découvert en 1900, perdue puis retrouvée, serait une des plus anciennes représentations cartographiques en Europe. Une découverte majeure expliquée dans "Carbone 14" par deux des archéologues à l'origine de cette révélation.

La dalle de Saint-Bélec
La dalle de Saint-Bélec Crédits : © Denis Gliksman, Inrap

Cette carte bretonne serait la plus ancienne d'Europe.... La dalle gravée de Saint-Bélec (Leuhan, Finistère), mise au jour, dans un tumulus finistérien par Paul du Chatellier en 1900, serait une des plus anciennes représentations cartographiques d’un territoire connu en Europe. Une découverte majeure  révélée par une étude publiée le 7 avril dans le Bulletin de la Société préhistorique française, dont deux des signataires sont les invités de cette émission de "Carbone 14".

C'est une dalle qui mesure deux mètres de longueur, un mètre cinquante de largeur pour une quinzaine de centimètres d'épaisseur. Elle pèse entre une à deux tonnes et elle est complètement couverte de gravures avec des motifs répétés de cercles, de carrés, de cupules ovales ou généralement rondes, et l'ensemble de ces signes sont reliés par un réseau de lignes piquetées. Yvan Pailler

Cette dalle gravée date de l’âge du Bronze ancien (2150-1600 avant notre ère). Paul du Chatellier écrivait dans un texte prémonitoire « Décrire ce curieux monument avec ses cupules, ses cercles et ses diverses figurations gravées... est chose difficile... Ne nous laissons pas égarer par la fantaisie, laissant le soin à un Champollion, qui se trouvera peut-être un jour, de nous en donner la lecture. »  C’est aujourd’hui chose faite !

Vue générale de la dalle gravée après restauration en 1901 par Paul du Chatellier.
Vue générale de la dalle gravée après restauration en 1901 par Paul du Chatellier. Crédits : © P. du Chatellier / Archives départementales du Finistère, Quimper

Juste après la fouille, en 1900, Paul du Chatellier extrait la dalle du caveau et la fait acheminer jusqu'au château de Kernuz à Pont l'Abbé, où elle restera jusqu'à la vente de sa collection par son fils au Musée d'Antiquités National, qui deviendra le Musée d'Archéologie National de Saint-Germain-en-Laye. En 1924, sa collection rentre donc dans les collections du MAN. Clément Nicolas

Trouvée, oubliée, égarée

Acquise en 1924 par le musée des antiquités nationales (MAN) de Saint-Germain-en-Laye, la dalle de Saint-Bélec est entreposée, jusque dans les années 1990, dans une niche des douves du château. Tombée dans l’oubli, puis égarée, elle a été récemment redécouverte au fin fond d’un cachot du château-musée.

Détail de la dalle gravée de Saint-Bélec
Détail de la dalle gravée de Saint-Bélec Crédits : © Denis Gliksman, Inrap

Paul du Chatellier a beaucoup de carnets de terrain et par année, pour chaque mission. A chaque fois qu'il va sur le terrain, il y fait des relevés, des croquis. C'est quelqu'un qui a été formé aux Beaux-Arts, donc il a un bon coup de crayon et fait de belles aquarelles, de beaux dessins d'art. Il photographie aussi beaucoup. On a de très belles photographies de monuments mégalithiques. Yvan Pailler

Une carte et ses "Champollion" 

Les chercheurs qui publient aujourd’hui un très long article dans le bulletin de la Société préhistorique française, entreprennent alors une couverture photogrammétrique, des relevés 3D afin d’enregistrer les gravures et la topographie de la surface de la dalle. La présence de motifs répétés joints par des lignes donne à cette composition l’allure d’un tracé cartographique. La dalle de Saint-Bélec porte bien les trois éléments les plus probants d’une représentation cartographique préhistorique : une composition homogène avec des gravures identiques en technique et en style, une répétition des motifs et une relation spatiale entre ces motifs (réseau de lignes). Pour confirmer leur hypothèse, les chercheurs l’ont comparée à d’autres représentations similaires tirées de la Préhistoire européenne et de l’ethnographie (Touaregs, Papous, Aborigènes d’Australie…). 

A la recherche de la dalle perdue

Nous n'avions aucune idée d'où se trouvait la dalle lors de la première enquête. Le conservateur (à Saint-Germain en Laye, ndlr) pensait qu'il ne l'avait pas du tout dans ses murs. Ce qui a commencé à nous mettre sur la piste, c'est quand nous sommes allés sur le tumulus de Saint-Bélec. Nous y avons rencontré l'un des anciens agriculteurs qui travaillait les parcelles qui nous a dit que la dalle se trouvait quelque part à Villacoublay. Avec Yvan, on a tout de suite compris qu'il s'agissait de Saint-Germain-en-Laye. Mais, ce n'était pas suffisant. Il a fallu que l'on retrouve une note de Renan Pollès qui, dans les années 90, étudie une autre dalle gravée de la collection du Chatelier qu'il a retrouvée dans l'une des niches des douves du château (de Saint-Germain-en-Laye). [...] Après avoir fait toutes les niches des douves du château et d'autres réserves, on a fini par demander à un des gardiens du musée s'il n'avait pas une idée : "Il y a des choses à la cave, allez voir". Et c'est là qu'on a retrouvé la dalle en 2014. Clément Nicolas

Les Montagnes Noires et son territoire, il y a 4 000 ans

La dalle de Saint-Bélec peut-elle représenter les environs des montagnes Noires ? Afin de tester la concordance entre les gravures et les éléments paysagers, plusieurs séries d’analyses statistiques de formes et de réseaux ont été réalisées. Ce travail montre que le territoire représenté sur la dalle correspondrait à une zone d’environ 30 km de long et 21 km de large, orientée selon un axe ENE-OSO correspondant au cours de l’Odet.

La dalle en cours de numérisation 3D.
La dalle en cours de numérisation 3D. Crédits : © P. Stéphan

Contemporaine du fameux disque céleste de Nebra (Allemagne), la dalle de Saint-Bélec met en évidence le savoir cartographique des sociétés préhistoriques. La cartographie de ce territoire est à mettre en perspective avec le contexte socio-historique de la culture dite des « tumulus armoricains », qui témoigne d’une forte hiérarchisation sociale et d’un contrôle sans doute étroit de l’économie. Si cette dalle figure le territoire d’une entité politique fortement hiérarchisée et contrôlant étroitement un territoire à l’âge du Bronze ancien, son bris pourrait avoir valeur de condamnation, de désacralisation. Un acte d’enfouissement, accompagné d’un geste iconoclaste, pourraient ainsi marquer la fin ou le rejet de ces élites qui auront exercé leur pouvoir sur la société durant plusieurs siècles au cours de l’âge du Bronze ancien.

Détail de la dalle gravée
Détail de la dalle gravée Crédits : © Denis Gliksman / Inrap

Le magazine d'archéologie de France Culture ne pouvait pas passer à côté de cette actualité. Nous en parlons avec Yvan Pailler, archéologue, responsable d’opération à l’Inrap Grand-Ouest, titulaire de la chaire ArMeRIE (Archéologie Maritime et Recherche Interdisplinaire Environnementale), Université de Bretagne Ouest, et Clément Nicolas, archéologue, UMR Trajectoires de l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne - Maison de l’Archéologie et de l’Ethnologie.

Pour aller plus loin

Sur Yvan Pailler
• Page biographique et bibliographique (site de l'Université de Bretagne Occidentale)

Sur Clément Nicolas

• Page biographique et bibliographique (site de l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

Sur la dalle gravée

Article : "La plus ancienne carte d'Europe ?" sur la dalle gravée de Saint-Bélec sur le site de l'Inrap.

Article "La carte et le territoire : la dalle gravée du Bronze ancien de Saint-Bélec (Leuhan, Finistère)" - Résumé (en français et en anglais et début de l'article) co-écrit par Nicolas C., Pailler Y., Stéphan P., Pierson J., Aubry L., Le Gall B., Lacombe V., Rolet J. paru dans le Bulletin de la Société préhistorique française (6 avril 2021).

Pour afficher ce contenu Scribd, vous devez accepter les cookies Mesure d'audience.

Ces cookies permettent d’obtenir des statistiques d’audience sur nos offres afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus. 
Gérer mes choix

Page wikipédia du Musée de la Préhistoire finistérienne de Penmarch qui ferme ses portes (évoqué à la fin de l'émission).

Cette émission a déjà été diffusée le 10 avril 2021.

Bibliographie

.

Les mégalithes de l'arrondissement de Brest : inventaire et essai de synthèseYvan Pailler et Yohann SparfelInstitut culturel de Bretagne (Vannes) / Centre régional d'archéologie d'Alet (Saint-Malo), 2009

Intervenants
  • Archéologue, responsable d’opération à l’Inrap
  • Archéologue, UMR Trajectoires de l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne - Maison de l’Archéologie et de l’Ethnologie
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......