LE DIRECT
Le crâne fossile de Zlatý kůň (Tchéquie)

L’Homme moderne est-il un néandertalien qui s’ignore ?

27 min

Deux publications dans la revue Nature, parues tout récemment bouleversent nos connaissances sur les premiers Hommes modernes en Europe et en Eurasie.

Le crâne fossile de Zlatý kůň (Tchéquie)
Le crâne fossile de Zlatý kůň (Tchéquie) Crédits : © Martin Frouz

Le sujet est capital, un de ceux qui nous concerne tous, et cela même, s’il plonge au plus profond de notre histoire. L’histoire et la préhistoire, mais aussi l’archéologie, l’anthropologie biologique, la paléo-génétique s’avèrent indispensables pour aborder celui-ci.

En fait, on se rend compte, avec ces découvertes récentes, que le modèle qu'on avait en tête, c'est-à-dire une espèce de vague d'Homo sapiens qui arrive de l'Est et qui remplace les Néandertaliens, est un modèle qui n'est pas valide. Les événements sont beaucoup plus compliqués que ça et, en fait, ce que l'on a mis au jour, dans ces sites d'Europe de l'Est, c'est la trace d'une vague plus ancienne que la vague aurignacienne, mais une vague qui n'est pas allée jusqu'au bout de l'Eurasie, jusqu'à l'extrême ouest.

On évoque régulièrement l’art de la grotte Chauvet, celui de la grotte Hohle Fels (Allemagne) et une culture préhistorique l’« Aurignacien ». Il n’en est rien ! Ce que l’on découvre aujourd’hui c’est une nouvelle migration d’Hommes modernes, bien plus ancienne et qui n’avait pas jusqu’à présent,  été reconnue par la génétique. Entre 47 000 et 40 000 mille ans, un vrai tournant dans l’histoire de l’humanité s’opère en Europe, qui voit l’arrivée d’un Homme et la disparition d’un autre.

Le crâne fossile de Zlatý kůň (Tchéquie) de face. Les résultats des recherches menées sur le crâne de cette femme indiquent qu'elle aurait vécu il y a plus de 45 000 ans
Le crâne fossile de Zlatý kůň (Tchéquie) de face. Les résultats des recherches menées sur le crâne de cette femme indiquent qu'elle aurait vécu il y a plus de 45 000 ans Crédits : © Martin Frouz

Le site-clef pour l’arrivée de l’Homme moderne ne se trouve pas en France, mais plus à l’est, en Tchéquie et aussi en Bulgarie. Actuellement, le crâne fossile d'une femme, en Tchéquie, a fourni le plus ancien génome humain moderne. Mieux, elle représente une population qui s'est formée avant que les ancêtres des Européens et des Asiatiques actuels ne se séparent. Dans la grotte de Bacho Kiro (45 930 à 42 580), des individus modernes ont été l’objets d’analyses génétiques, les résultats sont incroyables.

J'ai gardé une grande capacité d'émerveillement. Moi, je suis bluffé de voir ce qu'on arrive à tirer d'un fragment osseux informe une fois qu'on en a extrait de l'ADN mitochondrial ou de l'ADN nucléaire, et qu'on a pu déterminer le régime alimentaire, la température qu'il faisait au moment où vivait cet individu, son âge ! A Bacho Kiro, on a 90 dates radiocarbone cohérentes avec la stratigraphie, avec des précisions de l'ordre de quelques siècles ! Pour une période au-delà de 45 000 ans, c'est tout à fait exceptionnel !

La niche 1 (à gauche) et le secteur principal (à droite) de la grotte de Bacho Kiro en Bulgarie.
La niche 1 (à gauche) et le secteur principal (à droite) de la grotte de Bacho Kiro en Bulgarie. Crédits : © Tsenka Tsanova, MPI-EVA Leipzig, License: CC-BY-SA 2.0

Les génomes de la grotte Bacho Kiro montrent que plusieurs populations humaines modernes distinctes existaient au début du Paléolithique supérieur en Europe et en Eurasie. Certaines de ces populations n’ont aucune affinité détectable avec des populations ultérieures, tandis que ceux de la grotte de Bacho Kiro ont des descendant, notamment en Asie. Plus étonnant, tous les individus anciens ont des ancêtres néandertaliens récents dans leur histoire familiale immédiate. L’histoire de l’Homme moderne en Europe est à réécrire !

Si on prend les 2% d'ADN néandertalien de tous nos auditeurs, qui ne sont pas les mêmes 2%, évidemment, en théorie, on devrait réussir à reconstituer 100% de l'ADN néandertalien. En réalité, ce n'est pas ce qui s'observe. On peut en reconstituer à peu près 40%. Et donc, il en manque 60%, nettoyés, si je puis dire, par la sélection naturelle !

Nous en parlons avec Jean-Jacques Hublin, paléoanthropologue, professeur au Collège de France (Chaire internationale de paléoanthropologie) et directeur du département Évolution de l'homme de l'Institut Max-Planck d'anthropologie évolutionniste à Leipzig.

On ne pensait pas que cette sélection naturelle avait été aussi brutale. Et finalement, ce que nous apprennent toutes ces découvertes, c'est que le peuplement de l'Europe par les Homo sapiens est un processus qui est beaucoup plus compliqué que ce que l'on imaginait. Ça a duré très longtemps. 

Pour aller plus loin

A consulter, les pages biographiques du Collège de France, wikipédia et twitter de Jean-Jacques Hublin.

A parcourir, l'article "Le plus vieil Homo Sapiens du paléolithique supérieur en Europe" - en anglais (site de l'Institut Max Planck de Leipzig).
Ainsi que l'article sur le plus ancien génome humain retrouvé sur le crâne d'une femme - en anglais (site de l'Institut Max Planck de Leipzig).

A regarder une vidéo de Jean-Jacques Hublin parlant de l'Homo Sapiens (Académie de Médecine).

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

A lire, l'article "Evelyne Heyer et Jean-Jacques Hublin : "une histoire de migrations et de métissages..." sur le site de Sciences et Avenir.

A écouter ou ré-écouter, l'intervention de Jean-Jacques Hublin lors du colloque "Être humain ? Archéologie des origines" organisé par le muséum de Toulouse en novembre 2018 (site de l'Inrap).

Intervenants
  • Paléoanthropologue, professeur au Max Planck Institute for Evolutionary Anthropology de Leipzig, titulaire de la chaire Paléoanthropologie au Collège de France.
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......