LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Découverte d’une statue funéraire . Fouille du site de Tell Halaf.

Un archéologue chez les Hittites

31 min

Qui rivalisa avec la toute puissante Egypte du deuxième millénaire avant notre ère, notamment celle d’un de ses plus grands pharaons, Ramsès II ? Au cœur de l’Anatolie, bien entendu les Hittites…

Découverte d’une statue funéraire . Fouille du site de Tell Halaf.
Découverte d’une statue funéraire . Fouille du site de Tell Halaf. Crédits : © Fondation Max F. von Oppenheim / R-W Wirtschaftsarchiv, Cologne.

Les Hittites sont également connus pour avoir mis en place une écriture hiéroglyphique encore plus curieuse que celle créée le long du Nil et pour avoir créé, non pas un royaume, mais un empire aux visées expansionnistes, en étendant son influence sur le Levant, jusqu’aux alentours de 1200 av. notre ère.

Statue de couple assis (Berlin, Staatliche Museen zu Berlin)
Statue de couple assis (Berlin, Staatliche Museen zu Berlin) Crédits : © BPK, Berlin, Dist. RMN-Grand Palais Olaf M. Tessmer.

Au cours de la période impériale se développe un art officiel dans les domaines de la sculpture monumentale, de la métallurgie et de l’orfèvrerie. L’art hittite, aussi bien expression du pouvoir politique que religieux, se mélange aux influences venues d’Égypte, de la mer Égée, de Syrie et de Mésopotamie dans ce qu’on a appelé « l’art international de l’âge du bronze récent ». Autour de 1200-1180 av. J.-C., l’empire s’effondre brutalement, ne laissant en héritage que certaines de ses plus brillantes innovations comme la métallurgie du fer ou l’écriture hiéroglyphique louvite.

Tell Halaf (Pergamon museum).
Tell Halaf (Pergamon museum). Crédits : © BPK, Berlin, Dist. RMN-Grand Palais / Olaf M. Tessmer.

Les Hittites, l’un des plus anciens peuples connus de langue indo-européenne, se sont sans doute installés en Anatolie au cours du IIIe millénaire av. J.-C. D’abord organisés en cités États et royaumes indépendants, ils forment un royaume unifié qui deviendra un empire de plus en plus puissant tout au long du IIe millénaire av. J.-C. jusqu’à son effondrement vers 1180 av. J.-C. Pendant cinq siècles (1650-1190 av. J.-C.), les Hittites se sont imposés comme une puissance incontournable du Proche-Orient en instaurant leur hégémonie sur toute l’Anatolie puis la Syrie du Nord. C’est alors une période d’émulation culturelle et d’échanges commerciaux qui s’ouvre en Méditerranée orientale et qui voit l’Empire hittite s’imposer comme un des acteurs principaux. Cette montée en puissance des Hittites s’accompagne également de tensions et d’alliances avec les empires voisins d’Égypte, de Babylonie, du Mitanni et d’Assyrie.

Tell Halaf, un site exceptionnel.
Tell Halaf, un site exceptionnel. Crédits : © Fondation Max Freiherr von Oppenheim / Rheinisch-Westfälisches.

De Kadesh à Berlin (1274 av. notre ère - 1943 de notre ère)

A la recherche de civilisations oubliées, le baron Max Freiherr von Oppenheim (1860-1946), fouille le site de Tell Halaf sur lequel a été découvertes des statues monumentales d’animaux à tête humaine au nord de la Syrie actuelle. 150 ouvriers, dégagent les principales structures d’une ville datée du 10e siècle av. notre ère dont l’impressionnant palais du roi Kapara. Au printemps 1927, le baron revient à Tell Halaf. Il fait acheminer une partie des sculptures à Berlin et installe sa collection dans une ancienne fonderie. Les bombardements de novembre 1943, ravagent les œuvres par le feu d’une bombe au phosphore. Le basalte des sculptures, chauffé par l’incendie, explose sous le choc thermique provoqué par l’eau glacée pulvérisée par les pompiers. Des décombres, on retire alors 27 000 fragments qui sont entreposés dans les caves du Pergamon Museum. Au début des années 2000, un patient travail de reconstitution et de remontage commence. Il ne faut pas moins de trois archéologues, trois minéralogistes et un technicien pour trier et identifier les fragments, et dix-huit restaurateurs et deux artisans d’art pour reconstituer, à partir des 27 000 fragments, près d’une centaine de sculptures, d’éléments architecturaux et d’outils en pierre pendant dix ans, entre 2001 et 2010.

Cerf paissant, (département des Antiquités Orientales, musée du Louvre).
Cerf paissant, (département des Antiquités Orientales, musée du Louvre). Crédits : © Musée du Louvre, dist. RMN - Grand Palais Raphaël Chipault.
Portrait du baron Max Von Oppenheim devant une sculpture de Tell Halaf.
Portrait du baron Max Von Oppenheim devant une sculpture de Tell Halaf. Crédits : © Fondation Max F. von Oppenheim / R-W Wirtschaftsarchiv, Cologne.

L'exposition "Royaumes oubliés. De l'empire hittite aux Araméens" se tient au Musée du Louvre du 2 mai au 12 août 2019 dans le hall Napoléon.

>>> Page de l'exposition sur le site du Louvre

>>> Présentation vidéo de l'exposition par Vincent Blanchard

Bibliographie

Intervenants
  • Conservateur au département des antiquités orientales du musée du Louvre.
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......