LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Taisez-vous, comme qui dirait

"Taisez-vous !"

3 min
À retrouver dans l'émission

Entre les 66 millions de procureurs dénoncés par Emmanuel Macron et la recommandation de l'Académie de médecine de se taire dans le métro, pourquoi ce rêve d'un monde parfaitement silencieux ?

Taisez-vous, comme qui dirait
Taisez-vous, comme qui dirait Crédits : VasjaKoman - Getty

On a beaucoup commenté la petite phrase d’Emmanuel Macron prononcée il y a quelques jours sur les “66 millions de procureurs”, entendez les 66 millions de Français, occupés à “traquer l’erreur”, depuis le début de la pandémie.
Tout comme a également été commentée la recommandation de l’Académie de médecine de se taire dans le métro. 

J’adore ce genre de petites phrases et de recommandations car elles produisent systématiquement l’inverse de ce qu’elles dénoncent ou demandent : plus on les entend, plus on les commente. Plus il est demandé de se taire, moins on se tait. 

Et pour affirmer encore plus haut et encore plus fort qu’on a le droit de parler, de critiquer, de se questionner, ou tout simplement, de discuter.
Tellement haut et tellement fort que bizarrement, alors qu’on trouvait ce genre de sorties politiques complètement contre-productives, on en viendrait presque à être d’accord avec elle : mais pourquoi tout le monde parle tout le temps ? 

... plutôt que rien

Pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien, et pourquoi y a-t-il du bruit plutôt que du silence ? Pourquoi y a-t-il des avis, des commentaires, des critiques, des bribes de conversation, des répliques, des bons mots, des chansons, des tweets, des posts, des interventions, des clashs, des débats, des pics, cette chronique…. plutôt que rien ? 

Pourquoi cette personne parle-t-elle fort au téléphone au lieu d’écrire un texto ? Pourquoi cet enfant crie-t-il au lieu de jouer dans un coin ? Pourquoi ces blagues sur un confinement “serré” ? Pourquoi ma voisine me raconte-t-elle son opération du genou ? et son mari son idée sur la stratégie vaccinale du gouvernement ? 

Oui, je préférerais souvent ne rien entendre plutôt que d’écouter ça.
Oui, comme Emmanuel Macron et l’Académie de médecine, j’ai moi aussi ce rêve un peu fou d’un monde silencieux, totalement muet. 

Mais… encore faut-il bien s’entendre sur ce qu’on entend par silence.
Veut-on une simple absence de bruits, de sons, de toute forme de paroles, ou plus que cela, veut-on un accord tacite, une belle concorde indicible ? 

Ca sonne creux

C’est ça, sauf que l’idée là n’est pas de trancher entre un silence dangereux, aliénant, imposé, et un silence plein, harmonieux, de recueillement profond. On connaît le paradoxe du silence qui n’est en fait jamais vide, mais toujours rempli d’intentions, de sentiments et d’émotions, et comme le disait le stoïcien Sénèque dans sa Lettre à Lucilius, en -1 avant notre ère :  

« À quoi bon le silence du quartier entier, dès lors que grondent les passions ? ». 

Mais s’agit-il seulement de ça quand on recommande de ne plus parler dans le métro et de ne plus rien commenter dans l’espace public ? S’agit-il seulement de jouir du silence quand on rêve que ses voisins se taisent ?
Est-ce qu’en fait, il n’y a pas plus que ça : non pas seulement que chacun apprenne à se taire, à museler sa bouche, malgré ses passions qui grondent, mais arrête aussi d’avoir des passions qui grondent et quelque chose à en dire ? 

Le paradoxe est là aussi : non pas seulement dans un silence qui serait pourtant assourdissant mais dans ce désir de silence complètement creux.
Car c’est facile de penser (et même de dire) qu’on parle trop, que le brouhaha est insupportable, que tout bruisse tout le temps, et qu’il faudrait un peu plus de silence pour mieux s’entendre...

Mais, et on en revient finalement au même problème : comment s’entendre si on rêve d’un silence plombant qui ne permet même pas à un bon mot ou à une petite phrase de Chef d’Etat de bien sonner ? 

Ce contenu fait partie de la sélection
Le Fil CultureUne sélection de l'actualité culturelle et des idées  Voir toute la sélection  
Chroniques
8H55
2 min
À quoi rêvez-vous ?
A quoi pense Davy Chou ?
L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......