LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
La neige et le beau temps

A propos du temps qu'il fait

3 min
À retrouver dans l'émission

Avez-vous remarqué le temps qu'on passe à parler du temps qu'il fait ou qu'il a fait ?

La neige et le beau temps
La neige et le beau temps Crédits : H. Armstrong Roberts/ClassicStock / Contributeur - Getty

Un jour de rentrée, on se parle de ses vacances. Les miennes étaient très bien. Et les vôtres ?

Bon, c’est vrai, petite ombre au tableau : le temps. Le temps qu’il a fait. J’ai eu la mauvaise idée de ne pas faire comme la plupart des personnes ici à Radio France, je ne suis pas allée en Grèce ou en Sicile, mais dans le Nord de la France. Là où les températures étaient 3 jours sur deux, en dessous des normales saisonnières. 

J’ai donc passé une partie de l’été à actualiser l’application MétéoFrance, ce qui, quand même, est un aveu d’échec. Et j’ai donc passé une partie de l’été à parler du temps qu’il fait. D’une certaine manière, ça m’a changé des derniers mois passés chez moi en confinement, couvre-feu et autre télétravail, j’ai enfin été attentive à autre chose qu’aux murs de mon appartement… 

Sauf que le ciel des Hauts-de-France m’a surtout rappelé la couleur de mon mur, à savoir… blanc, voire grisâtre. Bref, j’ai donc passé une partie de l’été à parler du temps qu’il fait, ce qui revient aussi à profiter de l’été… car à quel moment peut-on autant parler météo si ce n’est quand on a le temps de regarder le ciel, même grisâtre ? 

Small talks

J’ai littéralement été en vacance, totalement ouverte et disponible au moindre échange concernant la météo. D’ailleurs, c’est aussi ce qui a animé une partie des gens sur Terre. Que ce soit pour jouir d’un rayon de soleil ou… s’alarmer des incendies et des températures délirantes sur la planète. 

J’ai même vu des personnes, sur les réseaux sociaux, s’inquiéter à la fois des feux sur l’île d’Eubée, en Grèce, et poster des photos d’eux sur l’île d’Hydra, en Grèce donc. Alors, bien sûr, entre des vacances et le changement climatique, entre le mauvais temps dans les Hauts-de-France et les incendies dans le monde, il y a justement… un monde, et je ne vais pas vous parler du paradoxe qui consiste à s’alarmer pour la planète tout en se mettant de la crème solaire sur une plage grecque. 

Non, mais plutôt de ce fait frappant : comme le temps qu’il fait, conversation jusque-là sans intérêt, est devenu tout à coup si engageante.
Paradoxalement, parler de degrés, de nuages et de normales saisonnières n’a rien plus rien d’anodin, on n’échange plus là-dessus pour meubler, mais pour véritablement exprimer quelque chose de soi, qu’il s’agisse d’une inquiétude écologique ou d’un état d’âme. Les deux allant d’ailleurs parfois/souvent ensemble. 

Les extrémités de nos fibres

Quand on parle météo, rien n’est moins important. D’ailleurs, c’est intéressant car en philosophie, par exemple, ça l’a toujours été. Enfin, en tout cas, jusqu’à Montesquieu qui, dans la droite ligne des penseurs antiques et de leurs théories du ciel, propose, dans L’esprit des lois, en 1748, sa célèbre théorie des climats, pas du tout anecdotique et avec de grandes conséquences politiques, sociales et domestiques. 

“L’air froid resserre les extrémités des fibres extérieures de notre corps ; cela augmente leur ressort et favorise le retour du sang des extrémités vers le cœur". 

Et Montesquieu d’ajouter qu’on a donc, je cite, “plus de vigueur dans les climats froids”, entendez plus de résistance et de vertus. Et d’ajouter qu’il se produit le contraire dans les climats chauds. 

Evidemment, Montesquieu précise que la morale, certes modelée par la nature, triomphe sur le climat, à force de lois et d’éducation. Personne n’est définitivement déterminé par le temps qu’il fait. Mais qu’aurait-il pensé de ces petites conversations quotidiennes où la météo a pris le dessus, où les degrés modifient voire entament nos âmes ? 

Car c’est bien le problème : la morale a peut-être triomphé du climat, mais le climat nous déchire le cœur. 

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......