LE DIRECT
Zéro degré

Faux positif et bières sans alcool

3 min
À retrouver dans l'émission

Les nouvelles variantes du faux.

Zéro degré
Zéro degré Crédits : Jack Andersen - Getty

Vendredi, 17h45, je descends en catastrophe à la supérette en bas de chez moi. Il me manquait des bières pour commencer le week-end. Évidemment, celles que je voulais se trouvaient tout en haut d’un rayon, j’ai réussi malgré tout à les atteindre grâce à un tabouret qui traînait là. 

Fière, je me suis empressée de les serrer contre moi, de les payer et de remonter chez moi, tout cela en quelques minutes avant le couvre-feu et quelques secondes avant la fermeture du magasin. 

J’étais donc chez moi, ravie, soulagée, à mettre mon butin au frigo  quand, catastrophe (encore une fois), je me suis rendue compte que j’avais acheté les mauvaises bières : il s’agissait de bières sans alcool. 

J’étais fichue, pas d’alternatives possibles, pas d’issues envisageables. J’étais là avec mes fausses bières, à devoir passer une énième soirée à tisanes ou à faire comme si. 

Au fond, j’ai eu l’impression d’être flouée : par moi-même et mes faibles sens, par ces boissons en trompe-l'œil, par ce simulacre d’existence, bref, par toute cette mécanique du faux. 

Alcool zéro degré

D’autant que deux jours plus tôt, j’avais fait un test antigénique qui s’était alors révélé être un faux-positif. Et de ce faux-positif à ces fausses bières, il ne m’en a pas fallu plus pour me sentir envahie par un sentiment de fausseté. A quoi se fier désormais si le rayon alcool est à zéro degré et si un test peut pas test ? 

Après tout, ce n’est pas comme si c’était nouveau, une grande partie de l’histoire de la philosophie ne s’est posée que cette question : comment être sûr de ce que je vois, de ce qui m’apparaît, de ne pas me tromper ?
Et ce n’est pas non plus comme si la critique du faux était tout à fait inédite : qui n’a jamais fait sa petite tirade indignée sur le règne des apparences à l’ère des réseaux sociaux ? 

De toute façon, à l’époque des discussions à plusieurs, il y en avait toujours un pour faire son Guy Debord et le citer : 

“Toute la vie des sociétés s'annonce comme une immense accumulation de spectacles. Tout ce qui était directement vécu s'est éloigné dans une représentation”.

Sauf que Guy Debord, en dénonçant cette Société du spectacle, nous dévoilait les rouages de cette fausseté devenue réalité.
Tout le paradoxe aujourd’hui, c’est qu’on est déjà au courant de toute cette fausseté, on sait qu’il y a du faux partout, des fausses bières, des images tout le temps, des faux positifs et des faux négatifs, mais ça ne change pas forcément grand-chose.  

Puissance du faux

Ca change quelques choses. Ca a changé mon vendredi soir par exemple, ça a changé mon mercredi aussi, où j’ai fait deux tests à la suite.
En fait, on est moins bête, ce qui n’est vraiment pas rien, on n’est pas dupe, c’est même beau. 

Mais reste ce problème : peut-on malgré tout y faire quelque chose ?
Puis-je revenir en arrière et ne pas me faire avoir dans ma supérette ? Dois-je faire 4 tests à la suite ? Dois-je arrêter de regarder Instagram ? Ne puis-je pas être émue devant une copie d’un grand tableau ? 

De fait, le faux a beau être dénoncé, démantelé, critiqué, déconstruit, dévalorisé ou peu respecté, il a une puissance qui semble le faire tenir. Il a une efficacité qui nous met à plat. 

Alors oui, comme disait l’autre, “tout ce qui est directement vécu semble s’éloigner dans une représentation”, mais ce régime du faux et du semblant n’en est pourtant pas moins vécu.
Je dirais même qu’on le vit directement, qu’on en fait l’expérience directe, et qu’on en tire des leçons. Et si c’est mieux d’être au courant, c’est aussi le pire, car on n’a même plus l’excuse de l’ignorance, on le sait, mais on fait avec. 

Ce contenu fait partie de la sélection
Le Fil CultureUne sélection de l'actualité culturelle et des idées  Voir toute la sélection  

Chroniques

8H55
2 min

À quoi pensez-vous ?

Timothée de Fombelle : « J'ai l'impression de vivre toute l'année en attendant l’arrivée des hirondelles »
L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......