LE DIRECT
Clairement une salade hors-sol

T'es "hors-sol"

3 min
À retrouver dans l'émission

Désormais, ne dites plus "déconnecté" mais "hors-sol".

Clairement une salade hors-sol
Clairement une salade hors-sol Crédits : Richard Clark - Getty

Souvenez-vous, c’était il y a une semaine déjà. A ce moment-là, les médias et les réseaux sociaux étaient envahis de photos de cafés et de croissants, de files d’attente pour les cinémas, de terrasses et de tables de restaurants sous la pluie. Oui, il y a une semaine, la vie sociale et culturelle reprenait. On était contents et ceux qui l’étaient moins ont vite été taxés de rabat-joie, de boudeurs, de frustrés. 

Mais c’était sans compter sur les ¾ des Françaises et Français qui, sans être rabat-joie, boudeurs ou frustrés, ne vont pas régulièrement au café ou au cinéma. Et qui ont su le rappeler. J’ai ainsi pu lire quelque part, et je suis d’accord, que cette couverture disproportionnée de la réouverture des lieux culturels était “hors-sol”. 

“Hors-sol”, entendez en dehors de la réalité, et ce n’était pas la 1ère fois que j’entendais ça. “T’es hors-sol” ou la nouvelle critique qui fait mal, celle qui vous rappelle que vous vivez dans un autre monde, et a priori pas le bon, pas le vrai, pas le plus authentique. 

Le problème, si j’en reviens à il y a une semaine, c’est que les gens au café étaient on ne peut plus dans leur élément, dans leur sol. Et le problème, si j’en reviens au hors-sol, c’est qu’il est donc bien dans son élément, mais on ne sait pas vraiment où. 

Piscine et hydroponie

Ce qui est bien avec le “hors-sol”, c’est que tout le monde comprend tout de suite l’idée, sans même savoir que tout vient de l’agriculture et des piscines, car oui, par définition, le hors-sol, c’est une culture faite sans le support du sol (type hydroponie) ou c’est un bassin non enterré. 

Donc, pas besoin d’être pisciniste pour saisir d’emblée cette idée d’être en dehors de la réalité, et plus précisément, car c’en est le présupposé, en dehors d’une réalité normale, celle de la vie de tous les jours ou des “vrais gens”. 

Mais, déjà, on voit bien les difficultés qui s’annoncent : qu’est-ce qu’une réalité normale, qu’est-ce que la vie de tous les jours, et ne parlons même pas de cette expression affreuse des “vrais gens” (le mot “gens” étant déjà flou). 

Mais on voit aussi poindre une question et un paradoxe : si je suis hors-sol, je ne suis pas non plus nulle part, mais où ? dans quelle réalité, sur quel sol ?
Et du coup celle-ci : si je suis hors-sol et que je ne suis pas nulle part, peut-être dans les airs ou posé sur le sol (comme la piscine), je suis malgré tout situé par rapport à ce sol. 

C’est ça le paradoxe du hors-sol : le hors-sol a malgré tout quelque chose à voir avec le sol. Quelqu’un qui est hors-sol n’est pas non plus complètement hors-sol. 

Enraciné

Le hors-sol n'a donc pas rien à voir avec ce sol, et c’est bien ce qu’on lui reproche : de ne pas en être mais d’être là malgré tout, à côté, à part.
Aujourd’hui, on dit “hors-sol” mais on pourrait aussi parler de déconnexion, de divorce ou de fracture, soit tous ces termes pour qualifier les disparités d’une société. 

A ceci près que parler de “sol” n’est pas anodin, car le sol renvoie à celui qui a les pieds sur terre, enraciné. Et n’est pas sans rappeler là dessus la philosophie de Simone Weil : 

“L'enracinement est peut-être le besoin le plus important et le plus méconnu de l'âme humaine. Un être humain a une racine par sa participation réelle, active et naturelle à l'existence d'une collectivité.”

C’est bien le problème du “hors-sol” : on ne perçoit pas ce qu’il reste de ses racines, d’où il vient, d’où il parle et pourquoi il la ramène dans une collectivité sans en être.
Mais être hors-sol, n’est-ce pas, malgré tout mais différemment, participer à cette collectivité dont parle Simone Weil ? Que serait un sol sans hors-sol ? 

Encore heureux qu’on puisse être hors-sol de temps en temps, ça permet de s’envoler et ça donne aussi un peu envie d’atterrir. 

Ce contenu fait partie de la sélection
Le Fil CultureUne sélection de l'actualité culturelle et des idées  Voir toute la sélection  

Chroniques

8H55
2 min

À quoi pensez-vous ?

A quoi pense Barthélémy Toguo ?
L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......