LE DIRECT
Il y a un début à tout...

Combien de choses commencées...

3 min
À retrouver dans l'émission

... et jamais terminées ?

Il y a un début à tout...
Il y a un début à tout... Crédits : sarayut Thaneerat - Getty

C’est comme ça : souvent je ne lis que des débuts d’articles. Ce n’est pas par flemme ni par manque de temps, mais tout simplement parce que je ne suis pas abonnée. Parfois, on m’envoie des articles réservés aux abonnés, et je ne sais pas quoi dire : faut-il faire comme si l’article était génial et que j’avais pu tout lire ? Faut-il être franc et dire que, non, ben non, je n’ai pas d’abonnement pas au Figaro, à Télérama ou à Sud-Ouest ? 

Je ne vais pas rentrer dans le débat sur la gratuité de l’information, tout travail mérite salaire… et je ne dis pas non plus que je ne suis abonnée à rien.
Non, ma question porte plutôt sur tous ces contenus dont nous n’avons lu que le début. Contenus qui dépassent en fait largement le cas de ces articles réservés aux abonnés, pensez-y, ce sont aussi tous ces livres pas finis, tous ces films abandonnés en plein milieu, tous ces projets mis de côté.
Et là, pour le coup, ce n’est pas qu’une affaire d’abonnement. 

D’où ma question : combien de débuts sans fin ? Combien de choses commencées et jamais terminées ? 

Des débuts, une seule fin

Si on pouvait faire des statistiques de ce qu’on a commencé sans jamais le finir, j’adorerais les connaître.
Peu importe qu’on soit endurant, patient, passionné, peu importe notre caractère, j’aimerais vraiment connaître dans une vie le nombre de choses qu’on commence sans jamais les finir.
Peu importe les raisons aussi d’ailleurs. Que ce soit à cause de sa paresse, du manque de temps, de ses centres d’intérêts ou du fait qu’on ne soit pas abonné. 

Ce qui est sûr, c’est qu’on commence plus souvent les choses, des livres, des films, des activités, des vidéos, des albums, des formations, des amitiés, ou autre, qu’on ne les finit. Ca paraît absurde mais je trouve qu’on ne pense pas assez à ça : au fait qu’on passe plus de temps à commencer qu’à achever, que nos existences sont d’abord faites de début, d’ouverture, d’ébauche, d’origine, et je ne sais quel autre synonyme. 

Et qu’au final, oui au final, le tout sera un enchaînement de départs, pas ratés ni manqués, parfois courts d’autres fois prolongés, mais juste de départs.
Paradoxalement, on se rend compte qu’un tout n’a pas forcément un début et une fin, et on va sûrement finir notre vie en ayant fait que la commencer. 

Le tout sans avoir fait le tour

Maintenant, la question, c’est : est-ce que c’est grave ? 

Reprenons cet exemple d’articles pas lus en entier, ce qui est intéressant, c’est qu’en général, on fait malgré tout comme si on l’avait lu en entier, comme si 3 lignes avaient suffi à nous donner une idée du tout.
Pareil pour un projet abandonné, on se dit vite qu’il n’en valait pas le coup. Ou pour toute autre chose, on peut juger en quelques instants qu’on en a fait le tour. 

Ce qui est frappant, c’est donc qu’on se sent capable de se faire une idée du tout, avant même d’avoir tout parcouru, d’avoir parcouru ce tout. Certains y verront un problème : le signe de notre époque accélérée, superficielle, prétentieuse.
Mais pourquoi ne pas y voir le contraire ? Pourquoi ne pas plutôt se demander pourquoi tout devrait avoir un début et une fin ? Pourquoi ne pas se dire qu’un début, c’est déjà quand même la moitié de quelque chose ? 

Dans sa Poétique, Aristote disait : 

“Une chose parfaite est celle qui a un commencement, un milieu et une fin.” 

Heureusement qu’il parlait de l’écriture de pièces de théâtres, et pas de la vie. Car oui, le problème est là : dans cette idée que tout devrait être parfait. 

Et si on lisait les articles en entier, pas par plaisir, mais parce qu’on se sent obligé, parce qu’on craint que tout ne soit pas parfait, respecté, dans l’ordre ?  
Heureusement, encore, ne pas faire partie des abonnés nous débarrasse de ce poids de la perfection. 

Ce contenu fait partie de la sélection
Le Fil CultureUne sélection de l'actualité culturelle et des idées  Voir toute la sélection  

Chroniques

8H55
3 min

À quoi pensez-vous ?

Marianne Alphant : "La banlieue propose une expérience géographique fascinante"
L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......