LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Opinions masquées

Peut-on donner son opinion sur le covid (quand on n'est pas scientifique) ?

3 min
À retrouver dans l'émission

Une des choses frappante durant cette pandémie, c’est la facilité avec laquelle chacun est devenu spécialiste des épidémies... aurait-on dû se taire ?

Opinions masquées
Opinions masquées Crédits : Leontura - Getty

Une des choses qui m’a frappée durant cette pandémie, et donc encore maintenant, c’est la facilité avec laquelle chacun est devenu spécialiste des épidémies, des taux de prévalence, des courbes de mortalité, de la chloroquine, et bien sûr, des gestes barrières. Chacun s’est fait sa propre idée depuis mi-février de ce qu’il était bon ou pas de faire, bon ou pas de penser. 

Chacun, autrement dit, s’est fait sa propre opinion du coronavirus.
Et l’opinion, et tous les philosophes vous le diront, n’a rien à faire avec la science. Prenez par exemple : 

-Platon, dans le Théétète :  

“Ce n’est point dans les impressions que réside la science, mais dans le raisonnement sur les impressions”

-Descartes, règle 2 de ses Règles pour la direction de l’esprit

“Toute science est une connaissance certaine et évidente”

Je pourrais en citer d’autres, mais je crois qu’on a compris l’idée : la science est du côté de la connaissance, de la certitude, de l’évidence, du raisonnement, de l’absolu, et pas du côté de l’opinion… et pourtant, quand un événement tel qu’une épidémie, vous tombe dessus, doit-on forcément se taire ? Et préférer la sagesse du silence à l’incertitude de l’opinion ? 

Je me suis trompée sur (presque) tout 

D'où ce paradoxe : quand un événement, même scientifique, nous touche jusque dans notre quotidien, difficile de ne pas en avoir une opinion, malgré le manque de connaissances qu’on en a, malgré la difficulté à faire le tri entre sa peur et la raison, entre les mesures, les statistiques et les études, à trouver le temps de réfléchir… et surtout l’envie. 

Moi la 1ère. J’ai été si prompte en février, à croire les médecins qui parlaient d’une grippette, si curieuse, fin mars, de Didier Raoult qui, tout à coup, apparaissait comme le sauveur, si contente de retrouver des masques en mai, si rassurée, en juin, de penser qu’il n’y aurait pas de 2ème vague… Alors, évidemment, au final, je me suis trompée sur presque tout. 

Aurais-je dû me taire, épargner à mes amis mes théories fumeuses ? Peut-être… mais, en fait, non. Car tout comme on est prompt à se faire spécialiste d’un sujet qu’on ne maîtrise pas, on est très prompt à rire des erreurs des uns et des errances des autres, on est très prompts à condamner les opinions (surtout celle des autres) et donc, l’opinion en général. 

Mais est-il vraiment plus sage de se taire ? N’y a-t-il pas une certaine sagesse de l’opinion ? 

Sagesse de l'opinion

Une opinion peut SE tromper mais elle ne trompe personne : elle n'est jamais autre chose qu’elle-même, à savoir une opinion, soit un type de connaissance inférieur à la science. J’ai commencé cette chronique avec des citations de philosophe sur la science, il faudrait rendre la pareille à l’opinion : 

-Leibniz, dans ses Nouveaux essais sur l’entendement, livre 4, chap. 2, § 14 : 

“L’opinion, fondée dans le vraisemblable, mérite peut-être aussi le nom de connaissance”

-et enfin, Kant, dans sa Critique de la Raison pure

“L’opinion est une croyance qui a conscience d’être insuffisante”...

Si je résume : si l’opinion est une forme de connaissance, elle n’a pourtant pas la prétention d’être suffisante, et il faut la traiter comme telle. Elle n’a pas la prétention d’être plus valade ou au niveau de la science.
Mais elle a, au moins, la prétention d’être un essai de penser qui peut se raviser. On peut donc s'exalter ou rire des opinions, mais pas s’empêcher de penser ni de se taire. Même si on n’est clairement pas au niveau. 

Ce contenu fait partie de la sélection
Le Fil CultureUne sélection de l'actualité culturelle et des idées  Voir toute la sélection  
Chroniques
8H55
3 min
À quoi rêvez-vous ?
Pascal Rambert : "Il faut que les hommes changent"
L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......