LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Relax
Épisode 25 :

La relaxation est-elle stressante ?

3 min
À retrouver dans l'émission

Faut-il se détendre à tout prix au point d'en faire une tension ?

Relax
Relax Crédits : CSA Archives - Getty

Depuis plusieurs années, un palmarès ne semble pas avoir bougé, celui de la chanson la plus relaxante du monde. Il est détenu par le groupe anglais Marconi Union avec le titre “Weigthless”. Pour ma part, je n’avais jamais entendu parler de cette chanson jusqu’à cette semaine, et bien d’autres avant moi ont dû en dire quelque chose. 

Elle n’est pourtant pas un tube ni un classique… mais voilà, elle reste quand même la chanson la plus relaxante du monde. Et pas selon n’importe qui : selon des chercheurs de la British Academy of Sound Therapy qui, avec des capteurs reliées à 40 femmes en train de faire un puzzle, ont pu mesurer leur rythme cardiaque, leur pression artérielle, leur activité cérébrale et leur respiration… 

Le résultat a été là… et on comprend pourquoi : que faire d’autre qu’un puzzle en écoutant cette chanson ?

Se relaxer à tout prix

Malgré tout, on pourrait aussi se demander, et c’est d’ailleurs ce que je me demande : doit-on vraiment faire quelque chose en écoutant cette chanson pour se relaxer ? un puzzle, une séance de méditation, ou que sais-je encore ? et si je vais plus loin encore : doit-on vraiment quelque chose pour se relaxer ? 

C’est tout le paradoxe de ce genre de palmarès de la relaxation : même dans ce domaine, à savoir le relâchement, la détente, le repos, il y aurait une forme de performance à accomplir, il y aurait des moyens optimaux à employer, une méthode contraignante à adopter, et surtout : un but à atteindre coûte que coûte. 

Mais imaginez, vous écoutez cette chanson, et loin de vous détendre, vous vous crispez, vous stressez, vous riez nerveusement, et vous ne parvenez même pas à faire votre puzzle. Le drame. Non seulement, vous étiez stressé, mais vous l’êtes encore plus : car vous n’avez pas réussi à vous détendre. 

Et c’est ça ce paradoxe de la relaxation : si le relâchement qu’elle implique vient à échouer, vous voilà deux fois plus tendu. 

Intensité de la détente 

Dans un livre paru à peu près au même moment où on couronnait cette chanson du titre de “plus relaxante du monde”, le philosophe Tristan Garcia publiait La vie intense : une obsession moderne. Il faisait dans ce livre le lien entre l’apparition de l’électricité dans nos vies et l’injonction à vivre intensément chaque instant de notre existence. Plaisir, émotions, sensations… tout devrait être électrique, tout devrait être intense. 

Et on pourrait ajouter à cette liste : même la relaxation ! Même le relâchement ne serait pas dépourvu d’intensité.
Cette chanson, par exemple, n’est pas simplement relaxante, elle est LA PLUS relaxante du monde.
On ne médite pas comme ça, sur un bout de tapis, on se PLONGE dedans.
On ne se relâche pas, on lâche TOUT.
On ne fait pas de pause, bêtement avec son café, on trouve CARRÉMENT le chemin de l’apaisement. 

65% de stress en moins... ou pas

Comment comprendre que la détente soit précisément devenue un lieu de tension ? Et qu’est-ce que la détente si ce n’est le contraire d'un dispositif forcément serein et calme, d’une ambiance relaxante, d’un endroit où on s’oblige à être tranquille ? 

Le problème est que la relaxation comprise comme le devoir de se détendre à tout prix, empêche justement son propre accomplissement. 

Et empêche de se rappeler que la détente, c’est aussi un ressort, ce qui permet à un sportif, mais aussi à chacun, de rebondir, et pas de faire un puzzle pour juste pour avoir 65% de stress en moins. 

Ce contenu fait partie de la sélection
Le Fil CultureUne sélection de l'actualité culturelle et des idées  Voir toute la sélection  
L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......