LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Ins-pi-ra-tion

L'agacement de l'"inspirant"

3 min
À retrouver dans l'émission

Aujourd'hui, une personne est inspirante, un message est inspirant, une tenue est inspirante. Comment est-on passé de l'inspiration à l'inspirant ?

Ins-pi-ra-tion
Ins-pi-ra-tion Crédits : Oscar Wong - Getty

Il y aurait beaucoup à dire sur les nécrologies qui emploient toujours les mêmes qualificatifs : “une grande”, “solaire”, “un mélange entre classique et modernité” (terrible expression qui sert autant à désigner un plat de pâtes revisité qu’une capitale européenne…) 

Et puis, il y a ce terme, tout aussi terrible, exaspérant même : celui d’inspirant ! Lui aussi, il revient tout le temps : pour parler d’un discours, d’un message, d’un livre, tout comme d’une personne influente sur Instagram ou disparue depuis quelques heures… telle Juliette Gréco hier. 

Désormais, on n’est plus une muse (même si ce mot a encore été accolé hier à la chanteuse), on est inspirant, désormais, on n’inspire plus quelqu’un à un moment donné, on inspire tout court, tout le temps et tout le monde. L’inspiration serait-elle devenue la nouvelle aspiration ? 

Intransitif et participe présent

Evidemment, l’un n’empêche pas l’autre : le verbe inspirer s’utilise encore heureux, de manière transitive, c’est-à-dire suivi d’un complément d’objet (inspirer quelqu’un), mais un nouvel usage veut qu’il s’utilise aussi de manière intransitive et au participe présent. Inspirant, donc. Vous allez me dire, et alors ? Qu’est-ce que ça peut bien faire de supprimer un complément d’objet et de passer au participe présent ? 

Et je vous répondrais : une grande chose, celle de ne plus mettre l’accent sur QUI a été inspiré (les Beatles, par exemple), mais sur QUI a inspiré, sur la source d’inspiration (Juliette Gréco), d’insister non plus sur l’oeuvre qui a reçu le souffle de la création mais sur celui ou celle qui émet ce souffle. Le modèle à suivre, désormais, ce n’est plus l’artiste inspiré, c’est la figure inspirante. 

Paradoxalement, en termes esthétique, on s’intéresse donc moins au résultat produit grâce à l’inspiration (qu’il s’agisse d’un tableau, d’une chanson ou d'une belle tenue) qu’à l’inspiration elle-même, qu’à celui ou celle qui a inspiré l’oeuvre d’art… 

Et l'expiration ?

Les penseurs se sont arrachés les cheveux depuis des siècles pour comprendre ce qui rend un artiste génial : est-ce le travail, un don, le talent, la pratique, une bonne école, un milieu social… Mais quelque chose a toujours résisté à cette compréhension…. comment ça marche ? Et l’inspiration a souvent été là en guise de réponse, tel un souffle divin, inexplicable, magique, indicible, un mystère. 

Prenez, par exemple, le philosophe Leibniz dans ses Essais de théodicée (§403) qui ne nomme même pas l'inspiration : 

Quelle nécessité y a-t-il qu’on sache toujours comment se fait ce qu’on fait ? Nous ne formons pas nos idées parce que nous le voulons ; elles se forment en nous, non pas en conséquence de notre volonté, mais suivant notre nature et celles des choses ».

Belle manière de justifier son incompréhension du phénomène créatif… mais de s’en tenir aussi à ce qui est fait, à la création ou à l’idée telle quelle…
Or, c’est tout le contraire, je crois, avec cette idée de “figure inspirante”, et tout le problème : car alors, on nomme l'inspiration, on la personnifie, on la démystifie, on lui donne un visage, un corps.
Et ce faisant, on la scrute, on la décortique, on la veut puis on la rejette, on la suit comme on suit sur les réseaux sociaux, sans forcément, pourtant, tirer de ces poses une quelconque valeur.
Et de l’art, il ne reste ni oeuvre ni artiste.

Quel drame : à force d’inspirer, aurait-on oublié d’expirer ?

Ce contenu fait partie de la sélection
Le Fil CultureUne sélection de l'actualité culturelle et des idées  Voir toute la sélection  
Chroniques
8H55
3 min
À quoi rêvez-vous ?
Thomas Lévy-Lasne : "Dans ma peinture, j'essaye de jouer l'oxymore"
L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......