LE DIRECT

New-York 2008, du côté de Tribeca 1/3

1h
À retrouver dans l'émission

Catherine Cusset
Catherine Cusset
Catherine Cusset © Colette Fellous/R.F. **> diaporama sonore à découvrir en complément de cette émission** **C'est à New-York que le carnet nomade va s'installer et se déployer, sur trois semaines, dans un mouvement à trois temps, qui suivra donc trois parcours de la ville, aimantés par le regard d'artistes, de photographes, d'écrivains, de poètes, de danseurs. Trois parcours, comme trois façons d'aborder la ville dans ce début d'année 2008.** D'abord, dans un premier temps, nous irons dans le quartier de Tribeca, entre Canal Street et les bords de l'Hudson, avec principalement Catherine Cusset qui nous fera partager sa vision de New-York, dans un double portrait, le sien et celui de sa ville, puisqu'elle y vit maintenant depuis vingt-cinq ans et qu'elle aime écrire autant en anglais qu'en français. Puis de Harlem à Chelsea, une promenade qui s'ouvrira avec Martine Barrat qui nous fera entrer dans sa vie quotidienne à Harlem et se refermera avec Edmund White à Chelsea. Et enfin de Greenwich Village à Brooklyn, avec Eugène Nicole, Alain Kirili, Philippe Dollo et Paula Fox. Cette double appartenance, nous la rencontrerons à plusieurs reprises dans ces carnets new-yorkais, puisque la plus grande fantaisie et la plus belle définition de New-York est bien celle de l'accueil, d'une ville qui s'est bâtie dès sa fondation par ses immigrants venus du monde entier et principalement d'Europe. Etre new-yorkais c'est déjà, aujourd'hui encore, être un peu d'ailleurs et ce sont ces pulsations de langues, d'histoires, de visages et de destins superposés qui donnent à la ville sa matière unique, vibrante, colorée, joyeuse, son air extravagant et libre, insolent et vivifiant, à la fois charmeur et impitoyable. New-York ne fait en effet qu'exhiber ses contrastes et ses extrêmes, elle ne cesse de vous happer, de vous attirer vers elle, mais elle saura aussi vous abandonner si vous n'avez pas la force de suivre son battement. Ville ensorcelante, qui ne ressemble pas vraiment à l'Amérique mais qui veut donner l'exemple d'un monde cosmopolite qui trouverait son équilibre et sa liberté dans ce mouvement permanent. **Premier temps** : *New York, du côté de Tribeca...* C'est à partir du dernier étage de son immeuble de Tribeca, sur une terrasse collective aménagée, que Catherine Cusset a choisi de nous montrer les premières images de New-York. Entre Canal Street, Soho et les rives de l'Hudson, ce quartier est en pleine mutation, avec ses bâtiments industriels qui sont pris d'assaut par des artistes ou des financiers, Wall Steet n'étant pas très loin. Elle nous parlera à la fois de la ville que de son activité d'écrivain, de son aller-retour entre la langue française et la langue anglaise,du bruit de la pluie qui vient sonner sur sa baie vitrée ou du silence inouï qui s'est abattu sur toute la ville , juste après la destruction des tours jumelles, le 11 septembre 2001. De la ville qui a changé depuis ce jour-là, de la prise de conscience des new-yorkais sur le monde, de la solidarité qui est née alors et qui continue d'exister. C'est ensuite un peu plus loin, dans l'atelier de Jeannie Weissglass et dans celui de Stephan Grosneanski que le carnet se déplacera, pour suivre leurs visions de la ville, leurs images, leurs sons. Trois regards intimes sur un même lieu.
L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......