LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

New-York 2008, une ville qui danse, de Harlem à Chelsea 2/3

1h
À retrouver dans l'émission

New-York 2008, une ville qui danse, de Harlem à  Chelsea 2/3
New-York 2008, une ville qui danse, de Harlem à Chelsea 2/3
New-York 2008, une ville qui danse, de Harlem à Chelsea 2/3 © Daphné Abgrall / RF **> diaporama sonore à découvrir en complément de cette émission** C'est à New-York que le carnet nomade va s'installer et se déployer, sur trois semaines, dans un mouvement à trois temps, qui suivra donc trois parcours de la ville, aimantés par le regard d'artistes, de photographes, d'écrivains, de poètes, de danseurs. Trois parcours, comme trois façons d'aborder la ville dans ce début d'année 2008. D'abord, dans un premier temps, nous irons dans le quartier de Tribeca, entre Canal Street et les bords de l'Hudson, avec principalement Catherine Cusset qui nous fera partager sa vision de New-York, dans un double portrait, le sien et celui de sa ville, puisqu'elle y vit maintenant depuis vingt-cinq ans et qu'elle aime écrire autant en anglais qu'en français. Puis de Harlem à Chelsea, une promenade qui s'ouvrira avec Martine Barrat qui nous fera entrer dans sa vie quotidienne à Harlem et se refermera avec Edmund White à Chelsea. Et enfin de Greenwich Village à Brooklyn, avec Eugène Nicole, Alain Kirili, Philippe Dollo et Paula Fox. Cette double appartenance, nous la rencontrerons à plusieurs reprises dans ces carnets new-yorkais, puisque la plus grande fantaisie et la plus belle définition de New-York est bien celle de l'accueil, d'une ville qui s'est bâtie dès sa fondation par ses immigrants venus du monde entier et principalement d'Europe. Etre new-yorkais c'est déjà, aujourd'hui encore, être un peu d'ailleurs et ce sont ces pulsations de langues, d'histoires, de visages et de destins superposés qui donnent à la ville sa matière unique, vibrante, colorée, joyeuse, son air extravagant et libre, insolent et vivifiant, à la fois charmeur et impitoyable. New-York ne fait en effet qu'exhiber ses contrastes et ses extrêmes, elle ne cesse de vous happer, de vous attirer vers elle, mais elle saura aussi vous abandonner si vous n'avez pas la force de suivre son battement. Ville ensorcelante, qui ne ressemble pas vraiment à l'Amérique mais qui veut donner l'exemple d'un monde cosmopolite qui trouverait son équilibre et sa liberté dans ce mouvement permanent. **Deuxième temps** : *Une ville qui danse, de Harlem à Chelsea* ... C'est à Harlem, dans un petit restaurant, le Spoonbread, que Martine Barrat nous a donnés rendez-vous. Harlem, c'est sa vie depuis qu'elle s'est installée à New-York, en 1968. Elle vient ici tous les jours, dès le matin, jusqu'au soir et son oeuvre photographique ( qu'on a pu voir à la Maison de la Photographie sous le titre "Harlem is my heart")s'est bâtie là, avec tous les gens du quartier, les enfants et les vieux, les petits boxeurs et les starlettes, les démunis qui lui offrent leurs plus beaux sourires et leurs plus beaux regards. Elle raconte avec tant d'amour son lien à ce quartier, elle nous le montre, nous présente ses amis et une autre face de New-York apparaît alors, la musique de Harlem, la danse, le battement de la vie de ceux qui n'ont pas grand-chose, la solidarité, le sens de la fête. Dans ce carnet, chaque invité nous fera partager un moment de sa vie quotidienne : le poète Marek Bartelik nous montrera son quartier, près d'Astor Place et nous conduira dans le Lower East Side à la fois dans un grand magasin de produits "bio", une des grandes tendances de New-York aujourd'hui (préserver la ligne verte semble être un des principaux enjeux actuels), et il nous invitera également à l'inauguration du nouveau musée d'art moderne. Le danseur Yves Musard a inventé, lui, des promenades dansées pour réapprendre à regarder, on le retrouvera sur un petit marché à la brocante de Chelsea et enfin, Edmund White tracera un portrait tendre, malicieux et aiguisé des New-yorkais et de la société américaine d'aujourd'hui.
L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......