LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Un jour à l'Ile Maurice avec Jean-Marie Le Clézio 1/3

1h
À retrouver dans l'émission

Un jour à l'Ile Maurice avec Jean-Marie Le Clézio 1/3
Un jour à l'Ile Maurice avec Jean-Marie Le Clézio 1/3
Un jour à l'Ile Maurice avec Jean-Marie Le Clézio 1/3 © RF / Colette Fellous **> diaporama sonore, à découvrir en complément de cette émission** **"Je suis à moitié Mauricien, j'ai deux nationalités. C'est aussi pour L'Ile Maurice que je suis content de ce prix". Ce sont là les premiers mots qu'a déclarés Jean-Marie Le Clézio devant la presse quand on lui a annoncé qu'il avait reçu le Prix Nobel.** Pour refermer 2008 et pour ouvrir la nouvelle année, c'est une invitation à l'Ile Maurice en compagnie de Jean-Marie Le Clézio que le carnet nomade vous propose de partager. En trois temps et trois carnets donc. Etre avec lui dans cette île qui a été pendant toute son enfance une matière à rêverie, être là sous les filaos, au bord de la Mer des Indes, c'est laisser se déployer un récit qui longe tous ses livres, qui les éclaire et les prolonge. On sait en effet que les ancêtres de Le Clézio ont quitté la Bretagne pour fuir la misère et chercher à inventer une autre vie à Maurice, cette île si convoitée, à l'autre bout du monde, dans l'Océan indien. C'était au XVIIIè siècle. On le sait car l'histoire de ce roman familial est inscrit de mille façons dans ses romans, depuis "Le procès-verbal" en 1963, ce premier roman qui faisait revivre en toile de fond l'histoire de son arrière-grand-père, "chef juge" à Maurice, jusqu'à son tout dernier roman, "Ritournelle de la faim" qui rend hommage à sa mère sous les traits de la jeune Ethel. En passant bien sûr par "Le chercheur d'or" et "Voyage à Rodrigues", qui sont inspirés de son grand-père qui avait été chassé par sa famille de la maison Euréka, qui a passé des années à rechercher un trésor dans l'île de Rodrigues et qui finalement a quitté l'île pour s'installer à Nice, qui est la ville natale de Jean-Marie Le Clezio. Mais les histoires et les mythes de cette maison et cette terre perdue ont nourri son imagination et ce n'est qu'à quarante ans que Jean-Marie Le Clézio fait le voyage réel à Maurice. Dans " L'Africain", il s'attache également au portrait de son père, né donc dans cette famille anglaise de Maurice et parti, lui, exercer son métier de médecin en Afrique. "La France est ma patrie d'élection pour la culture, la langue, mais ma petite patrie, c'est l'Île Maurice, le lieu le plus proche de moi. Quand j'arrive là-bas, j'arrive chez moi", aime-t-il préciser. Si son grand-père était chercheur d'or, on peut dire que Le Clézio est lui-même chercheur d'absolu et son récit de Maurice le montre bien. Dans un premier carnet nomade, il sera tout seul à nous raconter son île, mais dans les deux suivants, on entrera avec Philippe Rey dans la maison de ses ancêtres, Euréka, et on rencontrera également ses amis mauriciens et nous retrouverons non seulement les traces de sa famille mais tous ces paysages qu'il aime, ces gens qu'il aime. Poètes, musiciens, conteurs, philosophes de tous les jours. C'est là, dans ce petit point du monde, île à la fois splendide et pauvre, qu'il a découvert la dureté des rapports sociaux, l'écart entre les riches et les pauvres et surtout la noblesse des plus petits gestes, de ceux qui n'ont presque rien, leur humilité. Et la beauté du dénuement. A Maurice, l'attribution du prix Nobel à Le Clézio a été saluée comme "la consécration d'un grand humaniste". Et de son côté, Jean-Marie Le Clézio a insisté sur le combat permanent de l'Île, dont l'anglais est la langue officielle, "pour maintenir la langue française".
Intervenants
L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......