LE DIRECT

Adieu l'ami Vautrin !

2 min
À retrouver dans l'émission

Auteur de polars socio-politiques comme “Billy-Ze-Kick ” en passant par la réalisation de films, le prix Goncourt 1989 pour “Un grand pas vers le bon dieu” Jean Vautrin s'est éteint hier à 82 ans.

Jean Vautrin
Jean Vautrin Crédits : ANDERSEN ULF - Sipa

_Bulletins rouge et Garde à vue , _la langue en crue, éructante et teigneuse, de son premier polar et la noirceur incisive, la pointe-sèche sans rémission, des dialogues du film de Claude Miller. Tels sont les deux souvenirs clé que nous garderons de Jean Vautrin, romancier, scénariste et cinéaste, décédé hier à l'âge de 82 ans. Né en Jean Herman l'année 1933, en Moselle, il sort majeur d'une des premières promotions de l'IDHEC pour devenir, après une période indienne, assistant de Rossellini et réaliser ensuite, entre 1969 et 1972, cinq films dont le fameux _Adieu l'ami _où Delon et Bronson, ex-baroudeur, devisent sur la vie en braquant des coffres. Quittant la pellicule pour la plume, Herman plonge ensuite dans l'écriture sous l'invocation de Vautrin, seigneur de la pègre balzacienne, un enseigne qui dit bien sa fibre anarde et son coeur à gauche. Après une rafale de polars coups de poing et coup de tronche à la Série noire où chez d'autres débitants agréés, il allonge la foulée pour donner des cycles romanesques dont celui du _Cri du peuple, _des aventures du photographe Blémia Borowicz (avec Dan Franck)ou de Quatre soldats français.

Césarisé en 1982 pour le scénario de Garde à vue, il écope de deux Goncourt, de la nouvelle et du roman, en 1986 pour Baby-boom, en 1989 pour Un grand pas vers le bon dieu. Grand pas qu'il vient d'accomplir l'oeil vif et la musette pleine, adieu l'ami !

L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......