LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Au bout du rouleau

3 min
À retrouver dans l'émission

En préambule à cette chronique, je tiens à préciser, Marc, que tout est de votre faute.

C'est vrai quoi, on est lundi, on se remet tout juste, et encore, avec grand mal, du traumatisme de ces 10 derniers jours, et vous là pour attaquer la semaine, vous nous plombez le moral en nous expliquant, peu ou prou, que de toutes façons, tout est foutu dès le départ, que les beaux idéaux égalitaires et laïcs de l'école républicaine se sont effondrés, que les profs ont beau faire ce qu'ils peuvent, le système est grippé... et tant que vous y êtes, vous n'avez qu'à emboiter le pas à Libération qui titre ce matin "Le FN en embuscade" et programmer demain « Pourquoi le Front National est sûr de gagner en 2017 », « La faillite économique de la France » mercredi, « L'effondrement de la protection sociale » jeudi et pour finir par une touche de légèreté vendredi, inviter Mickael HANEKE et on sera au poil.

Terre, hémisphère nord
Terre, hémisphère nord Crédits : NASA

Bon. Alors du coup, vous ne me laissez pas le choix.

Pour coller à l'atmosphère de ambiante, je vais donc vous expliquer ce matin ce que je me tue à vous répéter depuis le mois de septembre, mais avec cette fois, sous le coude, une étude complète, précise, exhaustive, qui reprend point par point ce que je m'évertue à vous dire semaine après semaine, je me demande d'ailleurs si les chercheurs n'ont pas un peu pompé sur le podcast de Ce qui nous arrive demain, mais bon c'est une autre histoire que j’éclaircirai plus tard.

A savoir que nous tous, enfin, surtout vous Marc vu votre régime alimentaire et votre mode de vie... mais l'humanité toute entière a amené la Terre, notre planète, au bout du rouleau.

Vendredi dernier, une équipe de scientifique qui avait publié il y a un peu plus de 5 ans dans la revue Nature, la première étude globale sur l'état du globe, et créé la notion de « limite planétaire » ; eh bien cette équipe vient de mettre à jour son étude, dans la revue Science cette fois, avec de nouvelles données. Et ces données ne sont pas bonnes.

L'équipe de chercheurs avait défini en 2009, 9 secteurs clés de l'équilibre planétaire, et leurs limites. Des limites qui une fois franchies, menaceraient l'intégrité de la planète, ou dont les répercussions feraient basculer le système-Terre vers un équilibre « beaucoup moins favorable au développement des sociétés humaines », avec une jolie formulation euphémistique comme seuls les scientifiques savent les produire... pour le dire avec des termes plus clair, « si trop de ces limites sont franchies, on va tous crever ».

Voilà. Alors, ces 9 secteurs clés, je vous les donne : il s'agit du changement climatique - là on est dans le jaune, c'est à dire risque grandissant. Jaune également pour ce qui est appelé le « changement d'usage des sols », c'est principalement la déforestation pour créer des terres arables. En gros, l'étude indique qu'il faudrait que 75% des forêts restent des forêts, et au niveau mondial, on est déjà tombé à 60%. Et ensuite on attaque les zones rouges, c'est-à-dire « très fort danger » : conséquence de la déforestation, la chute de la biodiversité - là où il faudrait au maximum 10 extinctions d'espèces par an, on en est à 100, voire 1000 selon les calculs. Et l'autre limite largement dépassée, c'est ce que l'étude appelle « l'équilibre BioGéoChimique », à savoir les flux de phosphore et d'azote liés à l'agriculture intensive, l'utilisation des engrais et la pollution des bassins d'eau douce... où là, on a largement franchi les seuils.

Voilà, alors vous allez me dire, certes, mais Nicolas, vous ne citez que 4 secteurs où la ligne jaune ou rouge est franchie, et tout à l'heure vous parliez de 9.

Et je vous répondrais, tout à fait Marc, comme vous êtes attentif pour un lundi matin. Dans les 5 autres secteurs, soit les indicateurs sont encore dans le vert, comme pour la couche d'ozone, l'acidification des océans, ou l'utilisation d'eau douce ; pour les 2 derniers, la concentration atmosphérique de particules aérosol, ou les « nouvelles entités » comme les nanoparticules ou les molécules de synthèse, les chercheurs se disent pour le moment incapables de rassembler des données suffisantes pour définir une limite. Qui est donc, peut-être... ESPOIR... déjà franchie (pas espoir du tout).

Voilà, c'est tout pour aujourd'hui. Demain, pour coller à cette semaine thématique du bonheur, je vous raconterai quelles sont les toutes nouvelles maladies incurables qui nous guettent dans les prochaines années... que dis-je... dans les prochaines semaines !! Bon lundi à tous.

L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......