LE DIRECT

Braiiiiiinnnnzzzz

4 min
À retrouver dans l'émission

C'est la semaine du cerveau ! Deux grandes avancées en neurosciences : un début de traitement contre la maladie d'Alzheimer grâce à des ultrasons, et une greffe de neurones sur des souris qui ont pu récupérer la vue.
C'est cette semaine la semaine du cerveau, toute une semaine consacrée à nos petites cellules grises, comme les nommait un célèbre détective belge... pour le détail des manifestations, je vous renvoie sur le site semaineducerveau.fr.

neurones
neurones

Du coup, je voulais vous parler ce matin de deux avancées majeures qui ont été réalisées ces dernières semaines dans les neurosciences.

Vous savez que le fonctionnement précis du cerveau, le siège des émotions par exemple, mais l'ensemble de la structuration des flux d'informations entre ses différentes parties, tout ça est encore très flou, assez mal connu et chaque semaine, chaque mois apporte de nouvelles avancées dans ce domaine, avancées dont je vous rends d'ailleurs souvent compte par ici.

Et j'ai deux choses assez dingues à vous raconter ce matin.

Bon, je vous le précise tout de suite, tout ça se passe, comme souvent dans la recherche en neurosciences, dans le petit monde des souris de laboratoire.

Première nouvelle : une équipe australienne a réussi à restaurer une partie de la mémoire de souris atteintes de la maladie d'Alzheimer. Vous savez sans doute que pour tout ce qui touche à Alzheimer, la communauté scientifique nage dans le brouillard, et dans un brouillard plutôt épais. Il n'y a aucun traitement, que quelques pistes qui ne sont que rarement concluantes, ou qui n’en sont pour la plupart qu’à des étapes expérimentales.

Et l'une des raisons de ces échecs à répétition, c'est que le cerveau, notre cerveau, est rudement bien protégé. Il est protégé par ce qu'on appelle la barrière hémato-encéphalique : c'est une double paroi qui protège notre cerveau donc, et dont le rôle principal est de réguler les échanges entre le sang et les neurones, en laissant passer les nutriments et en évacuant les déchets.

Et jusqu'à présent, les chercheurs ont toujours buté sur cette barrière, qui empêche de délivrer à l'intérieur du cerveau les médicaments qu’on injecte dans le sang pour traiter les neurones endommagés par la maladie. Eh bien ce que viennent de faire les neuroscientifiques australiens, c'est précisément de trouver un moyen de traverser cette barrière, et de façon non intrusive, sans avoir recours au bistouri ou à la trépanation : grâce à des ultrasons.

Résultat : avec ces ultrasons, les chercheurs ont réussi à détruire les plaques de protéïne béta-amyloïde qui sont à l'origine de la maladie d’Alzheimer et qui compriment les neurones… et ils ont constaté une amélioration des capacités cognitives, une récupération de la mémoire si vous préférez, chez 3 souris traitées sur 4.

Mais ce n'est pas tout. Je vous avais parlé de deux choses assez dingues... voici la deuxième.

C'est une équipe franco-belge cette fois qui vient de réussir une prouesse : réparer le cerveau endommagé d'une souris grâce à une greffe de neurones.

Bon alors dit comme ça, ça ne doit pas vous paraître incroyable et pourtant : une greffe de neurones, c'est un pas de géant en chirurgie réparatrice. Parce que le cerveau a ceci de particulier qu’en cas de lésions graves, suite à un AVC ou à un choc par exemple, la matière grise du cerveau est incapable de reconstruire d’elle-même les connexions et les cellules endommagées.

Ce que vient d'accomplir cette équipe des universités de Poitiers et Bruxelles, c'est de greffer dans le cerveau de souris des neurones cultivés in-vitro à partir de cellules souches embryonnaires, chez des souris dont le cortex frontal était endommagé au niveau de la zone de la vue. Eh bien ces neurones greffés ont réussi à reconstituer des connexions au bout de quelques semaines... et un an après la greffe, 61% des souris ont recouvré la vue.

Comme toujours, vous connaissez la rengaine : ce n'est pas parce que ça marche sur des souris que ça marchera automatiquement sur l'homme. Néanmoins, ces deux techniques développées récemment ouvrent de nouveaux et de vastes pans de recherche et peuvent laisser espérer d'importants progrès médicaux dans le traitement des lésions ou de la dégénérescence cérébrale dans un délai assez rapide. Et ça, en ce début de semaine du cerveau, c'est plutôt une bonne nouvelle, non ?

L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......