LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Ca n'en finit donc jamais !

3 min
À retrouver dans l'émission

Il faut que je vous dise qu'après l'hibernation hier, je voulais vous parler ce matin du nombre d'heures idéal que les scientifiques ont déterminé qu'il fallait dormir pour être bien dans sa peau, dans sa vie, brillant dans les soirées mondaines, avoir le teint net et le cheveu lisse et volumineux... et puis je me suis dit que ça allait trop vous déprimer, Marc, vu le nombre d’heure insuffisant que vous dormez, alors j'ai décidé de vous parler de la mort.

la lumière au bout du tunnel
la lumière au bout du tunnel Crédits : Jesse Krauß

Ou plutôt non, j'ai décidé de vous parler de ce qui se passe APRES la mort. Rassurez-vous, je n'ai pas eu d'illumination depuis hier et je ne suis pas devenu du jour au lendemain le gourou d'une secte millénariste qui prédit la fin des temps pour le 27 novembre prochain, très précisément à 8h47 – j'aurai l'occasion de vous en reparler.

Donc, la vie après la mort, en anglais, on appelle ça des NDE, pour Near Death Experience - vous savez, la lumière au fond du tunnel - ou OBE, Out of Body Experience, pour ces patients qui racontent avoir eu des expériences extra-corporelles, avoir vu leur corps de l'extérieur, souvent avec les médecins qui s'affairent à le réanimer. Des récits comme ça, il y en a à la pelle et ils ont fait les beaux jours de reconstitutions télévisuelles suspectes ou de l'éditeur de Jean-Claude BOURRET.

Et bien figurez-vous qu'une équipe de médecins de l'université de Southampton, en Grande-Bretagne, vient de publier une étude à ce sujet, étude menée pendant six ans, dans une quinzaine d'hopitaux, et sur plus de 2000 patients qui ont été, pendant quelques minutes, en état d'arrêt cardiaque et cérébral.

Parce que, l'une des permières choses que dit cette étude, c'est que la mort n'est pas un état binaire, 1 ou 0, vivant ou mort ; ce n'est pas UN moment spécifique, mais un processus, et un processus potentiellement réversible. Le coeur s'arrête, le cerveau aussi, en général entre 20 et 30 secondes après, et si, grâce à l'action des médecins, l'organisme repart, alors on ne parle pas de mort, mais simplement d'arrêt cardiaque.

Et que racontent ces patients qui sont passés par cet état ? Et bien 40% d'entre eux évoquent des perceptions de conscience, et surtout, le plus surprenant, c'est que ces perceptions ont eu lieu jusqu'à 3 minutes après l'arrêt du fonctionnement du coeur, alors que, si vous avez bien suivi, je vous disais à l'instant que le cerveau s'arrête de fonctionner après 30 secondes d'arrêt cardiaque.

C'est une première chose.

La deuxième chose, c'est la nature des perceptions que décrivent ces patients. Souvent, il s'agit de souvenirs flous, de "sensation de conscience" plutôt que d'images mentales claires ; les sédatifs, les anesthésiants et les tranquilisants y ont certainement une part de responsabilité.

Mais pour près de la moitié des cas, les patients ont décrit toute une palette de souvenirs, d'images, de sensations qui n'ont rien à voir avec le tunnel ou la décorporalisation habituelle. Si un patient décrit de manière très précise une OBE, c’est-à-dire d’avoir vu les médecins s’affairer à le réanimer, jusqu’à pouvoir restituer certains sons, alors qu’il était en état de mort cérébrale... c’est un cas isolé. La plupart des souvenirs que racontent les patients qui en ont ne sont pas du genre rassurants : il est question d'expériences effrayantes, de souvenirs de persécution par exemple, bref, pas le genre "repos apaisé".

C'est plutôt "L'expérience interdite", vous vous souvenez de ce film de Joel SCHUMACHER avec Kevin BACON et Julia ROBERTS.

Alors, il faut préciser que le docteur Sam PARNIA insiste pour dire que ces recherches sont en l'état insuffisantes pour démontrer quoi que ce soit, mais qu'elles voulaient être un premier pas pour engager un processus scientifique sérieux autour de ces états de conscience altérée à l'approche de la mort.

Quand je vois votre mine défaite à tous, je me dis que finalement, j'aurais mieux fait de vous parler de mon histoire d'heures idéal de sommeil, non ?

L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......