LE DIRECT

Daniel Balavoine, disparition tragique

3 min
À retrouver dans l'émission

J'ai bien vu que je vous avais perdu assez rapidement hier avec mes histoires d'univers parallèle qui recule dans le temps.

Aujourd'hui, rien de tout ça, je compte bien vous garder jusqu'à la fin de cette chronique, qui part, comme souvent, de l'un de mes passionnants épisodes de vie quotidienne dont vous raffolez tant.

salle d'attente d'hopital, Colorado 1946
salle d'attente d'hopital, Colorado 1946 Crédits : U.S. National Archives and Records Administration

Il s'avère que, la semaine dernière, ça ne vous aura pas échappé, je suis allé chez le médecin. A plusieurs reprises. Or, croyez-le ou non, je vais rarement chez le médecin. J'ai plutôt une santé de fer, merci maman qui m'écoute religieusement tous les matins...

Bon, j'étais donc chez le médecin, fiévreux, suffocant, en nage... bref, c'était pas la grosse forme. Et évidemment, la salle d'attente était remplie, d'au moins 5 personnes qui avaient pourtant l'air beaucoup moins malades que moi ; c'est toujours comme ça hein, on se demande ce que ces gens là viennent faire en consultation alors qu'ils sont en pleine forme et que vous, vous êtes à l'article de la mort.

Je me suis donc rabattu sur les inévitables magazines de salle d'attente, qui, soit dit en passant, chez un généraliste, doivent avoir un joli petit panel bactério-viral, un échantillon d'un peu tout ce qui traîne dans l'air confiné du cabinet... mais bon, vu l'état dans lequel j'étais, ça ne pouvait guère empirer.

Je regarde donc le haut de la pile : « Jean-Marc AYRAULT, son calvaire à Matignon »... bon, je passe au suivant « Mode été, spéciale maillots, osez la couleur »... non plus... « Nathalie BAYE, les photos exclusives de son accouchement »... « Anne-Aymone, je serai une Première Dame proche des français »...

Heureusement, mon médecin m'a extrait de ce vortex temporel dans lequel j'étais en train de plonger, je ne sais pas jusqu'où j'aurais pu remonter le temps... peut-être était-ce un passage vers ce 2ème univers à la temporalité inversée dont je vous parlais hier... mais n’en parlons plus.

Toujours est-il qu'en rentrant, ni une ni deux, je me suis jeté sur mon fidèle compagnon informatique pour essayer de comprendre pourquoi, oui, pourquoi donc les magazines dans les salles d'attentes sont-ils tout le temps périmés. Vous vous êtes forcément déjà posé la question...

Et bien figurez-vous qu'il y a une étude là-dessus. Étude publiée dans The British Medical Journal.

Ce sont un médecin et un statisticien néo-zélandais qui se sont livrés à une petite expérience. Ils ont entassé trois piles de magazines dans une salle d'attente, à Auckland, entre avril et mai dernier.

En tout, il y avait une petite centaine de titres, des sérieux comme le National Geographic, The Times ou The Economist, ainsi que de la presse people... environ la moitié du stock était récent, de moins de deux mois, et le reste plus ancien.

Résultat des courses : à la fin de l'expérience, 2/3 des titres récents avaient disparus... bon, jusque là on pouvait s'en douter et faire confiance au vieux fond kleptomane qui sommeille en chacun de nous, nageuse de compétition ou pas.

Ce qui ne vous surprendra pas non plus Marc, c'est que ce ne sont pas The Economist, The Times ou National Geographic qui disparaissent le plus ; ils ne disparaissent même PAS DU TOUT, on les laisse sagement à leur place... non, ce sont ces magazines dont vous êtes friands et que vous avez HONTE d'acheter chez le marchand de journaux, de ceux qui dévoilent la sexualité des personnalités publiques avec les conséquences ridicules que vous nous venons de connaitre.

Bref, voilà, merci à la recherche de dévoiler nos penchants les plus crassouilleux... maintenant, j'aimerais bien que quelqu'un s'intéresse à la quantité de microbes présents sur les plus vieux numéros de France Dimanche, vous savez, comme sur les cacahuètes dans les bistros.

Allez, demain fini de rigoler, je vous parle de la disparition des animaux sauvages et de la fin du monde. Bonne journée.

L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......