LE DIRECT

De battre son coeur s'est emballé

4 min
À retrouver dans l'émission

Après les 10 jours éprouvants que l'on vient de passer, on est tous un peu à bout de nerfs, épuisés, on a tellement parlé de Charlie HEBDO que personnellement, je rêve de Mahomet qui dessine des bites partout sur le Grand Duduche dans les rayons d'une supérette... bref, il était temps de changer un peu d'air, et, le Grand Tout soit loué, la recherche scientifique regorge de sujets d'études dont elle n'aurait certainement jamais dû s'approcher de près ou de loin et qui font le bonheur des petits comme des grands.

Beethoven par Joseph Karl Stieler
Beethoven par Joseph Karl Stieler

Après vous avoir expliqué pourquoi chez Tolkien les armées des ténèbres perdaient toujours contre les gentils à cause de leur déficit en vitamine D... j'ai bien failli vous expliquer ce matin pourquoi quand un enfant a mal, il vaut mieux lui faire écouter du RIHANNA que de lui donner des anti-douleurs...

Et puis finalement, j'ai décidé de tenter un nouvel exercice : couper l'herbe sous le pied de Matthieu CONQUET ce matin, "à la manière de". Adagio, molto expresivo.

Extrait BEETHOVEN CAVATINA

Vous aurez reconnu, ou non, Cavatina, le dernier mouvement du quatuor à cordes n°13 de BEETHOVEN en Si Bémol Majeur.

Un mouvement que BEETHOVEN appréciait tout particulièrement, il confiait d'ailleurs qu'il lui donnait les larmes aux yeux à chaque fois qu’il l’entendait... tout particulièrement à la moitié du mouvement, au changement de tonalité, passage en Do-Bémol Majeur. BEETHOVEN note sur la partition à cet instant le mot « BEKLEMMT », qu'on pourrait traduire par « opprimé », « le cœur serré » si on sur-traduit un peu... prêtez l'oreille.

BEETHOVEN CAVATINA 2 3'25> 3'45

Si vous avez bien prêté l'oreille, vous avez entendu le changement de clé... le changement de rythme également. « Le cœur serré », selon une équipe de chercheurs pluridisciplinaire de l'Université de Washington, ces changements de rythmes, fréquents dans les compositions de BEETHOVEN, pourraient bien être la conséquence artistique d'une condition physique, des « électrocardiogrammes musicaux », en quelques sortes, pour reprendre les termes de l'étude. Voilà le postulat de cette équipe de chercheurs : BEETHOVEN aurait souffert d'arythmie cardiaque et cette arythmie se retrouve dans ses compositions, elle les caractérise même, et elle serait la source de ces ruptures inattendues de tempo qu'on retrouve si souvent dans les partitions du compositeur allemand.

Comme dans l'ouverture de la sonate des « Adieux », ici interprétée par Daniel BARENBOIM.

ADIEUX 1'40> 2'00

L'arythmie cardiaque se caractérise par une désynchronisation du rythme des battements du cœur, qui deviennent irréguliers et imprévisibles. L'équipe de scientifique avance même le fait que la surdité de BEETHOVEN l'aurait rendu encore plus sensible à cette arythmie, du fait de l'atténuation des bruits extérieurs, un peu comme lorsque vous entendez votre cœur battre quand vous vous couchez dans le calme, et que d'un coup vous n'entendez plus que ça... Voilà, la surdité de BEETHOVEN aurait rendu son arythmie cardiaque putative plus prégnante, et donc d'autant plus présente dans ses compositions.

La preuve est donc faite, si tant est qu'il faille encore la faire, que la recherche scientifique se mèle de tout et n'importe quoi. Bientôt on apprendra que l'empereur TITUS avait une ultra-sensibilité au champ magnétique terrestre qui lui aurait fait pressentir l'éruption du Vésuve, et comme je vois que cette histoire d'arythmie vous convainc autant qu'un précis de physique des particules et que ça vous a rendu très triste tout à l'heure que je ne fasse que l'évoquer, promis Marc je vous raconterai très bientôt comment Rihanna remplace les anti-douleurs pour les enfants.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......