LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Des comprimés contre les renards

3 min
À retrouver dans l'émission

Moi aussi ce matin je me rebelle ici à la Maison de la Radio, et je vais réhabiliter les drogues psychédéliques et vous expliquer comment arrêter de fumer grâce aux champignons hallucinogènes.

psylocibe mexicana
psylocibe mexicana Crédits : Cactu

Alors avant de vous précipiter dans le premier champ du coin à la recherche de psylo dans les bouses de vache - d'autant que la saison est bientôt finie, il va falloir faire vite - prenez le temps d'écouter cette chronique jusqu'au bout tout de même, histoire d'éviter de vous retrouver comme Michel BLANC avec les dents qui poussent et des attaques de renards.

Déjà, il faut savoir que depuis quelques années, les scientifiques se réintéressent aux vertus de la psilocybine, c'est la molécule active des champignons hallucinogènes, notamment pour traiter des cas d'anxiété, de grande dépression et, plus récemment des cas d'addiction, en l'occurrence à la nicotine.

Les tests ont été effectués sur de gros fumeurs, de plus de 50 ans, qui fumaient au moins un paquet depuis 30 ans ou plus et qui avaient déjà essayé d'arrêter sans succès plusieurs fois.

On leur a administré d'abord une dose légère, puis des doses plus copieuses, sur plusieurs semaines, tout en les accompagnant par une thérapie cognitivo-comportementale, le tout étant bien entendu très très encadré pour que les sessions ne se transforment pas en Las Vegas Parano... et le résultat est saisissant. Au bout de 6 mois, 80% des patients avaient totalement arrêté la cigarette, là où les meilleures thérapies, avec produit de substitution à la nicotine donnes des résultats autour de 30 à 35% de réussite.

Alors que se passe-t-il avec la psilocybine ?

Ce n'est pas la molécule qui se substitue à la nicotine, mais bien plus un effet de ce qu'elle induit dans le cerveau, en terme d'introspection, de prise de conscience de soi et de son corps, le tout couplé avec l'effet de la thérapie.

En fait, depuis une quinzaine d'années, depuis que les recherches sur les psychédéliques ont repris, après les excès d'usage constatés dans les années 70, n’est-ce pas Marc... j'vous rappelle que le LSD et la MDMA ont tous deux été consacrés à des usages thérapeutiques à l'origine.

Depuis la reprise donc de ces études, les scientifiques ont constaté quelque chose d'assez contre-intuitif à propos de la psilocybine, c'est que loin de mettre le cerveau en ébullition, la molécule au contraire réduit l'activité neuronale dans certaines parties du cerveau, principalement les zones qui régissent notre conscience de nous-mêmes, et de notre place dans le monde, elle dissocie ces zones. En fait, la molécule dissout, au sens propre, la conscience.

L'une des premières expérimentations, au début des années 2000, portait sur les troubles obsessionnels compulsifs, vous savez, ces réflexes invasifs que certaines personnes ne peuvent pas s'empêcher d’avoir, comme vérifier 18 fois s'il y a bien du courrier dans la boite aux lettres, ou ne pas arriver à partir de chez soi sans vérifier 25 fois que la porte est bien fermée à clé. Et bien la psilocybine a permis de réduire drastiquement ces TOC chez les patients testés, et certains jusqu'à 100% de guérison.

Alors, entendez-moi bien, je ne suis pas en train de dire que l'usage thérapeutique d'hallucinogènes et la panacée ou la solution à tous les problèmes ; je dis juste que les premières conclusions empiriques montrent des effets intéressants et significatifs et qu'il serait temps de lever le voile de suspicion qui plane sur ces molécules, particulièrement en France où aucune recherche n'a été conduite depuis des dizaines d'années. Si vous voulez en savoir plus, je vous renvoie au très bon numéro spécial de Sciences et Avenir consacré aux champignons, moi je vous laisse, avec Mathieu CONQUET on file arrêter de fumer à la campagne au milieu des les champs.

L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......