LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Des poumoooooooons

4 min
À retrouver dans l'émission

Les morts-vivants sont parmi nous, dans la nature : une équipe de biologistes de Lausanne a mis en évidence le comportement d'une bactérie, M.tuberculosis , qui se "zombifie" pour échapper aux antibiotiques.
Qu'il me soit donné, en préambule à cette chronique, et en cette matinale consacrée au festival d'Angoulême, l'occasion de vous signifier Marc, que cette sombre référence de pop culture que j'évoquais hier, à propos de l'horloge de l'apocalypse, dans cette obscure bande-dessinée de geek - on commence à les connaître les goûts douteux de Martin et sa passion pour les monstres géants - les Watchmen, c'était ça la BD (d’ailleurs on dit « roman graphique » parce que bande-dessinée, ça a un côté petit miquet, ça fait encore un peu mauvais genre, et comics… n’en parlons pas, des super héros en collants quelle horreur) un roman graphique donc, scénarisé par un certain Alan MOORE... juste pour rétablir un peu l'ordre des choses, les Watchmen, prix du meilleur album étranger à Angoulême en 1989... soit dit en passant, Alan MOORE en décrochera 2 autres, avec V pour VENDETTA et From HELL, et puis il s’avère qu’il est cette année, tiens donc, l'un des trois finalistes pour décrocher le Grand Prix.

Mycobacterium tuberculosis
Mycobacterium tuberculosis Crédits : NIAID

Voilà. Mes goûts de paria de la culture, hein.

Sur ce. Puisqu'on parle de BD, je vais en profiter un peu, vous me permettez maintenant ? Bon.

Hier, on a parlé de fin du monde, la semaine dernière de monstres géants et de voyage interstellaire, quel est donc mon autre thème fétiche, que je n'ai pas abordé depuis foooooort longtemps ?

Les zombis. Absolument. Thématique comicsologique s'il en est.

Eh bien figurez-vous que ce matin, je viens avec une information de taille. Les morts-vivants existent. Ils sont parmi nous. Et il ne s'agit pas d'expériences scientifiques qui auraient mal tourné, de ce chien dont je vous avais parlé ici même qu'on a pu ressusciter 3 heures après l'arrêt de ses fonctions vitales, ou de transplantation d'organe bizarroïde qui aurait conduit, de facto, à ramener à la vie une personne ou un animal qui auraient été auparavant, et pendant suffisamment longtemps, déclarés cliniquement mort.

Rien de tout ça.

La nature recèle de nombreux trésors cachés, dont certains dépassent l'imagination de tous les scénaristes de fiction ou de bande-dessinée, même les plus retors.

C'est une bactérie, en fait, et pas n'importe laquelle... Mycobacterium tuberculosis, bactérie responsable de la tuberculose, merci d'avoir suivi, et dont des biologistes de l'Ecole Polytechnique de Lausanne viennent de mettre au jour des propriétés déconcertantes.

On savait que la tuberculose faisait partie de ces maladies résilientes, qui reviennent, parfois, chez certains patients, plusieurs mois après qu'ils ont été traités et ce, sans qu'on puisse vraiment l'expliquer. C'est désormais chose faite. Lorsqu'un patient est infecté, et développe la tuberculose, il est soigné par un traitement de choc à base d'antibiotiques, pendant de très longues semaines.

Les antibiotiques remplissent leur rôle : ils neutralisent et détruisent M.tuberculosis . Jusque là, tout est normal. Sauf que M.tuberculosis est vicieuse. En état de stress, sous les attaques répétées des antibiotiques, elle développe un mécanisme de défense inédit : elle plonge quelques-uns de ses membres dans un état mort-vivant. C'est-à-dire que la bactérie ne se reproduit plus. Elle est dans une sorte d'état végétatif, elle ne prolifère plus ; et pourtant, ses fonctions perdurent, elle continue à produire des protéines. Elle est dans ce que les scientifiques appellent un état « métaboliquement actif, mais non croissant ». Et cet état, cette zombification de facto permet à quelques un des membres de la colonie d'échapper à la réponse immunitaire. Et donc, de rester en sommeil, jusqu'à se réveiller à nouveau pour créer une nouvelle infection.

Il reste encore pas mal de chose à préciser, dans la découverte de cet état intermédiaire, qui pourrait expliquer d'autre types de résistance aux antibiotiques et permettre de développer des thérapies qui prendraient pour cible ces bactéries zombies qui ne se reproduisent pas.

La morale de cette histoire de bactéries zombies, Marc... C'est que d'une, vous devriez vraiment vous mettre à lire du Alan MOORE et des récits d'anticipation. Et deux, essayez le Guide de Survie en Territoire Zombie de Max BROOKS, quand même, on n'est jamais assez prudent.

L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......