LE DIRECT

Dreams are my reality

4 min
À retrouver dans l'émission

Après une heure et demie sur le suicide, après les 70 ans de la libération d’Auschwitz, on va s’échapper un peu, vers d’autres contrées, des espaces oniriques où gambadent des licornes dans des champs de coquelicot arc-en-ciel… et non, je ne vais pas vous parler d’hallucinogènes ce matin mais, en lecteur assidu et passionné de Calderon, ainsi que de Shakespeare même si la saison ne s'y prête pas - Le songe d'une nuit d'hiver, bof hein, se réveiller à moitié nu au milieu d’une clairière encroûtée de gel avec des arbres pelés, ça donne moins envie...

La licorne captive
La licorne captive Crédits : tapisserie de la série "La Chasse à la Licorne"

Toujours est-il que ces lectures m'ont depuis longtemps converti à la rêverie, et pas seulement à la rêverie éveillée... je suis un garçon chanceux, je me souviens, depuis fort longtemps, de mes rêves. Imaginez donc mon état d'excitation lorsqu'un ami, lui même grand rêveur et initié à des arcanes qui m'étaient jusqu'alors inconnues, évoquait devant moi pour la première fois, il n'y a pas si longtemps, ce qu'on appelle le rêve lucide.

Le rêve lucide, c'est un état qui a été décrit au milieu du XIXème siècle par un français, Léon d'HERVEY DE SAINT-DENYS, qui s'est intéressé aux mécaniques du rêve et a écrit un livre, qui est resté le point de départ de la recherche sur le rêve lucide, « Les Rêves et les moyens de le diriger ».

Que postule ce livre ? Eh bien tout simplement qu'il est possible, à tout un chacun, au cours d'un rêve, de devenir lucide. De reprendre conscience, au sein même de son rêve et jusqu'à une certaine mesure, d'en prendre le contrôle. De faire ce que l'on veut, de se balader au sein de ses propres rêveries.

Oh je vois votre regard suspicieux, non ce n'est pas une autre de mes lubies New Age, et non, je vous assure que ça n'implique pas la prise de drogues hallucinogènes. Le rêve lucide a, particulièrement dans la 2ème moitié du XXème siècle, donné lieu à une littérature abondante, très inégale... on citera pour les auditeurs curieux essentiellement les travaux de Stephen LaBERGE qui datent du début des années 80.

Travaux dans lesquels on vous explique qu'acquérir cet état de lucidité au cours de vos rêves ne demande en fait qu'un peu d’entraînement, quelques trucs... je sens que vous mourrez d'envie que je vous en donne quelques uns ici même.

Bon, tout d'abord, il faut se souvenir de ses rêves. Tenir un journal, chaque matin au réveil, ça aide en général non seulement à fixer les rêves, mais en plus à repérer des schémas, des répétitions, une structure qu’on pourra identifier plus tard.

Ensuite, il faut se convaincre, pendant un certain temps, chaque soir avant de s'endormir, que l'on souhaite se réveiller à l'intérieur de ses rêves. Chaque nuit, en se couchant, se dire jusqu'à épuisement « je veux faire un rêve lucide cette nuit, je veux reprendre conscience pendant mes rêves », etc.

Il est également conseillé, tout au long de la journée, d'effectuer ce qu'on appelle des contrôles de réalité, c'est-à-dire vérifier quelque chose de tout simple, sur vous : que vous avez bien cinq doigts, ou une cicatrice visible sur la main, quelque chose de permanent et d'immuable. Une fois que vous vous y êtes conditionné, vous finirez par reproduire ce contrôle dans vos rêves... sauf que dans vos rêves, vous ne verrez jamais deux fois la même chose : votre cicatrice aura disparu, ou vos doigts seront trop ou pas assez nombreux... bref, ce sera le signal que vous êtes bien dans un rêve et donc, que vous êtes en train de devenir lucide à l'intérieur de ce rêve.

Pourquoi est-ce que je vous parle de tout ça ? Parce que j'ai bien conscience que, pour une pensée cartésienne, pragmatique, tout cela peut avoir l'air d'être une sorte de gloubi-boulga pseudo-scientifique totalement ridicule.

Eh bien pas du tout une équipe de chercheurs allemands, de l'Institut Max Planck de Munich, vient de publier une étude, la semaine dernière, dans The Journal of Neuroscience, étude qui montre qu'il y a une différence dans le fonctionnement du cerveau des personnes qui assurent avoir des rêves lucides, par rapport à d'autres rêveurs normaux.

Il s'agit précisément de la zone responsable de l'auto-réflexion. Le cortex préfrontal antérieur est plus développé chez ces personnes. C'est cette zone qui nous nous permet d'analyser nos propres modes de pensées, ce qu'on appelle les processus métacognitifs.

Les chercheurs aimeraient maintenant comprendre si ces processus métacognitifs peuvent être appris, et non innés. Et si en entraînant des personnes volontaires à avoir des rêves lucides, leur faculté auto-reflexive va augmenter en conséquence.

En attendant, vous pouvez toujours essayer ma méthode... vous verrez, les premières fois sont assez surprenantes, mais une fois que vous aurez réussi à vous installer dans vos rêves, vous pourrez, enfin, en toute quiétude, vous venger des affronts quotidiens que vous fait subir votre patron... si vous saviez ce que vous prenez, Marc, chaque nuit... c'est inouï.

L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......