LE DIRECT

Elle a fait des bébés toute seule

3 min
À retrouver dans l'émission

Je vous avez déjà parlé il y a quelques semaines de mon point de vue, d'observateur scientifique néophyte qui n'engage que moi, sur le débat culture contre nature, au lendemain de la dernière Manif pour tous, et à quel point, me semble-t-il, les progrès de la médecine et de la science ont pour vocation d'affranchir l'homme non seulement de ses maux bien sûr, mais aussi des limites inhérentes à sa condition.

ça a l'air un peu abrupt là comme ça tout de suite, mais vous allez tout comprendre. Je dînais hier soir avec quelques amis, dont un couple d'amies filles férues de zoologie, et nous débattions, précisément, de cette impasse idéologique qui consiste à dire que tout arrangement scientifique avec la procréation dévoie l'esprit de nature duquel procède la conception d'un enfant.

python réticulé
python réticulé Crédits : Goalsurfer

Et là, voulant comme à mon habitude après quelques verres de vin, faire mon mariole en société, je leur sors, très fier (et aussi parce que j'adore ce mot, depuis que ma prof de bio préférée, madame RASCHMANN, me l'a appris au lycée dans des expériences sur les daphnies)... je leur sors donc, alors qu'elles m'expliquent qu'il va être difficile pour elles d'avoir des enfants en France où la PMA leur reste inaccessible : « Vivement la découverte de la parthénogenèse chez l'être humain ! »

Parthénogénèse, j'adore ce mot, de parthenos, vierge, c'est le fait pour certaines espèces animales ou végétales de pouvoir se reproduire toutes seules ; un mode de reproduction monoparentale.

Et l'une de mes amies, voulant à raison me rabattre le caquet, me dit : « mais tu sais, certaines espèces qui n'ont pas accès à la reproduction sexuée finissent par se reproduire par parthénogenèse ».

Me voilà donc estomaqué, le caquet rabattu, je mets mes invités sans ménagement à la porte et je me précipite vers mon ordinateur pour vérifier cette assertion qui me semble ô combien loufoque.

Et bien figurez-vous que c'est vrai. Le dernier exemple en date est tout récent : ça se passe au zoo de Louisville dans le Kentucky aux Etats-Unis, l'étude vient tout juste d'être publiée fin octobre.

Une femelle python de 11 mètres, qui répond au doux nom de Thelma (comme dans le film Thelma et Louise, vous savez... coïncidence, je ne crois pas). Thelma donc était en captivité depuis 4 ans, pond une soixantaine d'oeufs. Ce qui n'est pas rare, ces œufs sont normalement infertiles. Sauf que là, après 2 semaines de couvade, et bien les œufs ressemblent à s'y méprendre à des œufs fertilisés.

Ni une ni deux les responsables du zoo ont récupéré les œufs pour les mettre en couveuse, et quelques semaines plus tard, 6 bébés pythons ont percé la coquille... des bébés pythons qui sont toujours bien vivants aujourd'hui.

Alors, que s'est-il passé chez cette femelle en captivité qui n'avait pas vu l'ombre d'un monsieur python depuis plusieurs années, les scientifiques ont d'abord pensé qu'elle avait fait une petite réserve de semence mais après analyse ADN des 6 bébés pythons, il s'avère qu'ils n'ont pas de matériel génétique extérieur.

Ils ont donc été produits par parthénogenèse de la mère, ce sont ce qu'on appelle des demi-clones, nés par recombination du matériel génétique de la mère pour former des paires de chromosomes.

Si la parthénogenèse n'est pas rare dans la nature, il est en revanche beaucoup plus rare de voir des espèces qui ont recours à la reproduction sexuée se reproduire de façon asexuée, on appelle ça la parthénogenèse facultative.

Et d'un seul coup j'ai repensé derrière mon ordinateur chéri à mon couple d'amies, à la nature contre la culture, et je me suis imaginé - c'était peut-être à cause des quelques verres de vin - que les lesbiennes privées de PMA se convertissent à la parthénogenèse facultative, et je me suis surtout imaginé la tête qu'ils feraient à la Manif pour tous - surtout après cette histoire de serpent - ce serait vraiment le cauchemar pour tous.

L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......