LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Jean Mineur contre le pop corn

3 min
À retrouver dans l'émission

Mercredi, jour des sorties ciné, je vous vois frétiller sur votre fauteuil Marc... hop, cet après midi, direction le ciné du coin pour revoir pour la 127ème fois Casablanca en version restaurée, sans oublier votre sachet de pop-corn sucré, encore tiède, que vous dévorez les yeux rivés sur l'écran, dès la première minute de publicités jusqu'à la dernière minute du générique de fin, quand le pop-corn est froid et vous colle un peu aux doigts.

Ne me demandez pas comment je sais tout ça, je le sais, un point c'est tout.

le pop corn, cet ennemi de la pub
le pop corn, cet ennemi de la pub Crédits : Paolo Neo

Et bien figurez-vous que se joue, en souterrain, sans que vous ni personne ne s'en rende compte, une guerre intestine, guerre qui oppose les producteurs de pop-corn et autre friandises aux annonceurs publicitaires. A titre indicatif, pour ne parler que des enjeux économiques pour le moment, la vente de pop-corn permet aux exploitants de dégager une marge bénéficiaire de 2500%, ce qui n'est pas totalement négligeable...

Alors que se passe-t-il pour les publicitaires et les confiseurs se fassent la guerre comme ça ?

Et bien, comme souvent, vous commencez à avoir l'habitude, une étude, publiée dans le Journal of Consumer Psychology, qui dit, tout simplement, que le pop corn est l'ennemi de la publicité.

La preuve par l'expérience : des chercheurs ont convié une centaine de personnes à une séance de cinéma. Ils ont donné du pop corn à la moitié des spectateurs et un petit morceau de caramel à l'autre moitié. La séance se déroule normalement, avec des publicités avant le film - publicités pour des marques fictives, de façon à ne pas biaiser le processus de mémorisation pour des marques qui auraient été déjà connues des spectateurs.

Une semaine après, les participants ont été invités, dans un laboratoire, à noter un certain nombre de produits, dont certains faisaient l'objet d'une publicité la semaine précédente.

Et bien les spectateurs à qui on avait donné le petit bout de caramel ont noté les produits qui figuraient dans les publicités la semaine précédente, tandis que ceux qui mangeaient du pop corn n'ont pas montré d'intérêt particulier pour ces produits là.

Mais alors pourquoi, me direz-vous, le pop-corn serait-il un agent anti-publicité ? En fait ce n'est pas tant le pop-corn que la mastication. En effet, quand nous regardons des publicités audiovisuelles, inconsciemment, nous répétons, soit avec les lèvres, soit avec la langue, le nom de la marque qui nous est montrée à l'écran ou que nous entendons. Or, verbaliser, même de façon minime, est un processus essentiel à la mémorisation.

Et, forcément, la bouche pleine en train de grignoter des bouts de maïs soufflés, et bien on verbalise beaucoup moins bien, voire pas du tout. Et donc, on ne retient pas aussi bien les messages publicitaires qu'on nous inflige pendant de longues minutes avant le début du film.

D'ailleurs, je ne sais pas si vous avez remarqué, mais depuis quelques années il n'y a plus de pub pour le pop corn au cinéma... coïncidence ? je ne crois pas !

Voilà, maintenant vous avez deux options entre les mains : soit être victime des messages commerciaux et succomber au charme d'un paquet de café when life was so tender la prochaine fois que vous allez faire vos courses, soit prendre 10 kilos en 1 mois si vous allez au cinéma toutes les semaines en vous goinfrant de pop corn.

L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......