LE DIRECT

La gadoue, la gadoue

4 min
À retrouver dans l'émission

Selon une équipe de chercheurs de l'université de l'Arizona, les égouts des grandes villes recèlent non pas un, mais plusieurs trésors, en or, en argent, en cuivre, en chrome, en palladium même.
Pour dégotter des trésors enfouis, il faut parfois remonter les manches, se salir un peu les mains et ne pas hésiter à aller chercher dans des endroits pas forcément très accueillants.

Figurez-vous que nous dormons tous, depuis fort longtemps, sur un véritable filon de métaux précieux - qui n'est plus à ciel ouvert, le Grand Tout soit loué, depuis bien longtemps dans les villes occidentales, mais enfoui sous nos pieds, dans des tunnels obscurs et malodorants...

boues d'épuration
boues d'épuration Crédits : AS

Et oui, les égouts des grandes villes recèlent non pas un, mais plusieurs trésors, en or, en argent, en cuivre, en chrome, en palladium même... et j'en passe.

Comment en est-on arrivé à découvrir tout ça ?

Eh bien vous savez que le traitement des boues d'épuration, est un véritable casse-tête. Une fois que les eaux usées ont été filtrées et rendues à nouveau potables, que faire de ce qu'il reste, à savoir ces boues... ? On les a utilisées pour l'agriculture, puisqu'elles sont riches en phosphore et en azote, ce qui est bon pour les plantes, mais le problème, c'est qu'elles contiennent également un certain nombre de produits beaucoup moins bons pour la nature, eux : des antibiotiques, des métaux lourds, et autres joyeusetés bien toxiques, et pour l'environnement, et pour nous.

D'où la question que s'est posée une équipe de chercheurs de l'université de l'Arizona : et si on extrayait de ces boues ce qui en fait la toxicité, à savoir, le métal. Si on minait, en quelques sortes, les boues d'épuration. Qu'en sortirait-il ?

Le résultat de leur étude a été publié il y a quelques jours dans la revue Environmental Science and Technology. Voilà comment ils ont procédé.

Ils ont collecté les déchets d'une centaine de stations d’épuration, réparties sur tout le territoire américain. Ils ont fait une grande bouillie de tous ces déchets, puis ont ramené leurs prélèvements à la base de la population d'une ville d'un million d'habitants.

Un an de boues d'épuration d’un ville d’un million de personnes recèle un trésor de 13 millions de dollars de métaux, dont 20% proviennent de l'or et de l'argent ; chaque tonne de boue contient en effet près de 17 grammes d'argent, et 0,3 grammes d'or.

Si on y ajoute tous les autres métaux précieux (il y en a en tout 14 qui seraient susceptibles d'être exploités), l'extraction ou plutôt la filtration de ces métaux pourrait rapporter à cette ville d'un million d'habitants l'équivalent de 8 millions de dollars par an de revenus.

A l'échelle des États-Unis, et avec ce que mon collègue Passeur de Sciences Pierre BARTHELEMY appelle « la magie des grands nombres », la quantité d'or que l'on pourrait extraire des 8 millions de tonnes de boues d'épuration annuelles serait... tenez-vous bien... de deux tonnes et demi par an !!

Alors, me direz-vous à juste titre, auditeur sourcilleux et attentif au moindre détail que vous êtes Marc : mais d'où viennent-ils, tous ces métaux qu'on retrouve dans les eaux usées, hein ? Ce n'est pas juste mamita qui a perdu un peu la tête et qui bazarde son argenterie ou les bijoux de famille aux toilettes ?

Pas du tout. Ce sont principalement les rejets industriels, ceux des mines, des constructeurs d'électronique ou d'informatique qui utilisent beaucoup de ces métaux précieux, ainsi que les eaux pluviales qui emportent avec elles tout et n'importe quoi et qui se déversent naturellement dans les égouts.

Alors avant d'enfiler vos bottes, votre combinaison étanche, votre lampe frontale, sans oublier votre pince nez, pour aller jouer les chercheurs d'or amateurs à 6 pieds sous terre, sachez tout de même que cette manne financière n'est encore que putative. Encore faudrait-il être sûr que les méthodes d'extraction de tous ces métaux ne coûtent pas plus cher que le chiffre d'affaire qu'on pourrait en extraire... c'est la prochaine étape... avant que la nouvelle ruée vers l'or – qui pue – ne puisse officiellement commencer.

L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......