LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Laissez venir à moi les petits aliens

4 min
À retrouver dans l'émission

Vous le savez, maintenant, depuis ces treize semaines... Et oui, déjà treize semaines que vous êtes contraints de subir ma présence en studio à débiter des calembours douteux et des informations scientifiques qui vous laissent, avouez-le, aussi sec qu'un élève de terminale L devant sa copie de maths du bac à tenter de comprendre pourquoi, grand dieu pourquoi, on lui demande de résoudre des intégrales.

OVNI, New Jersey 1951
OVNI, New Jersey 1951

Bref, vous savez donc, depuis treize semaines, que tous les soirs, en fermant mes rideaux, je jette un coup d'oeil teinté de mélancolie vers le ciel étoilé – les rares soirs de l'année où il n'est pas planqué derrière l'épais plafond de nuages gris parisiens – en espérant, secrètement au fond de mon cœur, que je vivrais assez longtemps pour connaître le premier contact de l'humanité avec une forme de vie extra-terrestre (et je vous INTERDIS de briser ce rêve par une référence déplacée à la Soupe aux Choux).

Et bien figurez-vous que cette vie extra-terrestre, elle est peut-être là, tout près de nous, à portée de sonde spatiale... Pas sur Mars, la communauté scientifique a peu ou prou fait le deuil des petits martiens... mais un poil plus loin, sur un satellite de Jupiter dont je vous avais déjà parlé... Europe. C'est même le titre du Science&Vie de ce mois-ci : vie extra-terrestre, L'ESPOIR.

Parce que, voyez-vous, sous sa surface de glace de 30 kilomètres d'épaisseur, Europe recèle de vastes océans souterrains. Traversés par des courants, avec une activité volcanique, et même des mouvements tectoniques à la surface qui entraînent, sous la croûte, des molécules carbonées déposées par les impacts d'astéroïdes.

Bref, tous les éléments qui permettraient, a priori, de créer une soupe moléculaire propice à l'apparition du vivant.

Plusieurs programmes spatiaux sont donc en cours d'élaboration pour aller vérifier s'il y a, ou non, une forme de vie sous la croûte de glace d'Europe... et quand on parle de forme de vie, n'imaginez pas des baleines géantes mutantes ou des pieuvres-requins phosphorescentes... il s'agirait plutôt de bactéries ou de formes de vie primitive, compte tenu des conditions extrêmes de pression et de température.

Si proche, donc, la vie extra-terrestre, même si on est bien loin des martiens de Tim BURTON qui font akakakakak... et d'ailleurs, et c'est peut-être mieux comme ça, il semblerait que l'on soit loin, très loin de tomber sur de lointains cousins interstellaires plus évolués que quelques bactéries sous-marines.

Mais alors, qu'est-ce que fabriquent les grandes oreilles du programme SETI qui sondent l'espace à la recherche d'un signal radio extra-terrestre ? Pourquoi donc n'avons nous pas encore trouvé de signe d'une vie évoluée, d'une civilisation techniquement supérieure à nous, qui aurait eu le temps de scanner l'espace à la recherche de formes de vie primitive, en l'occurrence, nous.

Et bien simplement parce que, quitte à briser les rêves de tout fan de science-fiction qui nous écoute... selon deux astrophysiciens des universités de Barcelone et Jérusalem... dans la grande majorité des cas... la vie n'aurait tout simplement pas le temps de s'implanter et d'évoluer, à cause de ce qu'on appelle les « sursauts gamma » au sein des galaxies. Les « sursauts gamma », ce sont des espèces de gigantesques flashs de rayons gamma, provoqués par des collisions ou des explosions d'étoiles, qui grilleraient dans des rayons immenses tout début de vie à la surface d'une planète...

On suppose d'ailleurs que c'est un sursaut gamma qui est à l'origine d'une des grandes extinctions sur Terre, celle de l'ordovicien, il y a 440 millions d'années.

Selon les deux scientifiques, le cosmos a été parcouru de sursauts gamma trop rapprochés pendant les 5 premiers milliards d'années pour laisser le temps à des formes de vie complexes de se développer. Et aujourd'hui, 90% des galaxies de l'univers récent seraient encore dans ce cas.

Mais bon, cette nouvelle vous vous en doutez, n'a pas suffi à éroder mon indécrottable optimisme alien, et puis l'humanité est bien la preuve qu'une forme de vie évoluée à réussi à s'implanter sur une planète malgré ces sursauts gamma... Quoi... Oui, j'ai bien dit que l'humanité était une forme de vie évoluée... pourquoi Marc, vous en doutez ?

L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......