LE DIRECT

Le ciel va-t-il nous tomber sur la tête ?

3 min
À retrouver dans l'émission

Le ciel qui nous tombe sur la tête, c’est une peur ancestrale qui nous est bien familière, à nous descendants des gaulois... qu’est-ce qui peut nous tomber dessus, demain, depuis l’espace ?

Comme pour la politique du nouveau gouvernement, vous allez le voir, tout est question de confiance… ou en l’occurrence, plutôt de défiance envers la NASA. Parce qu’aux Etats-Unis, c’est le boulot de la NASA, de surveiller l’espace, et d’identifier les astéroïdes potentiellement dangereux qui pourraient percuter la Terre - on appelle ça des géocroiseurs. Or, selon un rapport rendu lundi par le Congrès américain, la NASA n’a pas fait son job, et on ne peut donc pas lui faire confiance.

impact d'astéroïde
impact d'astéroïde Crédits : Don Davis/NASA

Parce que des astéroïdes qui nous tombent dessus, il y en a, et pas que des petits… le plus gros, vous vous souvenez sûrement de ces vidéos impressionnantes en Russie, avec une boule de feu qui traverse le ciel… c’était en février de l’année dernière, une météorite de 18 mètres de diamètre qui a explosé avec une puissance équivalente… écoutez bien… à 30 fois la bombe d’HIROSHIMA ! Heureusement, cette explosion a eu lieu dans la haute atmosphère, à 23km d’altitude, mais elle a tout de même fait plus de 1500 blessés, par des bris de verres ou autres débris.

Et ce n’est pas tout… l’Organisation du traité d’interdiction complète des essais nucléaires, qui traque les explosions sur le globe, a recensé entre 2000 et 2013 plus de 26 explosions, pas du tout provoquées par des bombes nucléaires mais par la désintégration d’astéroïdes dans l’atmosphère terrestre. D’où la demande, pressante, du Congrès américain auprès de la NASA, de répertorier TOUS les objets qui pourraient, un jour, croiser le chemin de la Terre et venir se poser très lourdement dessus.

Or, si l’inventaire de la NASA est complet à plus de 95% pour les plus gros objets, supérieurs à 1km de diamètre - ce sont les objets les plus dangereux, la communauté scientifique s’accord pour dire que si un géocroiseur de plus d’1km nous tombe dessus, c’est la fin de l’humanité. Donc pour ceux-là, on est à peu près tranquilles… en revanche, pour de plus petits objets, compris entre 140m de diamètre et 1km, la NASA avait pour objectif d’en identifier 90% d’ici 2020, or l’agence n’en a répertorié que 10%... alors même que son budget pour ce programme a été décuplé en 5 ans, passant de 4 à 40 millions de dollars.

Alors, peut-on faire confiance - puisque c’est la question du jour - à la NASA pour voir venir ces petits blocs de pierre qui pourraient, à défaut de raser l’espèce humaine, faire de très gros dégâts… le plus important en date, c’était en Russie, encore, en 1908, en Sibérie, une météorite de 45m qui a rasé 2000km² de forêt.

Oui et non… à titre d’exemple, sur les 26 impacts de petits objets dont je vous parlais tout à l’heure, seul 1 a été prévu, et encore, quelques heures seulement avant son entrée dans l’atmosphère.

C’est pour cela que la fondation américaine B512, du nom de l’astéroïde d’où vient Le Petit Prince... la fondation B512 donc, essaye de réunir la somme de 450 millions de dollars pour installer un télescope infrarouge, SENTINEL, dont la seule et unique tâche serait de recenser TOUS les astéroïdes qui s’approchent un peu trop près de nous et qui risquent de nous friser la nuque. Quand nos aïeux priaient Toutatis, nos enfants s’en remettront, eux, à Sentinel…

L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......