LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Le courant passe mieux

4 min
À retrouver dans l'émission

Pour la première fois, la production de nouvelles centrales électriques à énergies renouvelables a dépassé celles de centrales à énergies fossiles. Un basculement dans la production électrique mondiale, qui devrait s'amplifier largement dans les années à venir.
Une fois n'est pas coutume, ce matin je ne vais pas vous annoncer l'extinction programmée de l'espèce humaine dans moins de 100 ans, la lente agonie des bébés ours polaires sur leur bout de banquise à la dérive ou la pollution endémique qui rétrécit la taille de votre cerveau.

usine photovoltaïque de Nellis, Nevada
usine photovoltaïque de Nellis, Nevada

Non, ce matin, en ce lendemain du Jour de la Terre... C'était hier, tous les 22 avril, depuis 1970, c'est la date qui est censée marquer l'éveil à la pensée environnementale, une journée qui est née aux Etats-Unis sous l'impulsion d'un sénateur qui encouragea les étudiants du pays à organiser, en cette journée précisément, des projets de sensibilisation à la protection de l'environnement. Le site du Earth Day recensait plus d’un milliard d'actions à travers le monde hier.

Ce matin, donc, au lendemain du jour de la Terre, voilà une nouvelle qui devrait réjouir les écologistes de tout poil, et même vous Marc, sous votre cuir d'indifférence à la nature et à la cause animale : les énergies renouvelables se développent aujourd'hui plus vite que les énergies fossiles.

La bascule se serait faite en 2013, où 143 gigawatts de puissance électrique renouvelable ont été crées contre seulement 141 pour les nouvelles centrales à charbon, gaz ou pétrole.

Alors entendons nous bien : il s'agit de la capacité électrique créée, en plus, chaque année – et pas de la capacité électrique globale. Mais selon cette étude réalisée par Bloomberg Business, qui titre tout de même : les énergies fossiles perdent la course face aux renouvelables, c'est le début de la fin. On appréciera la formule « le début de la fin »... Selon cette étude, donc, d'ici 2030, la production de nouvelles centrales à énergie renouvelable sera 4 fois supérieure à celles à énergie fossile.

Il semblerait donc que nous soyons effectivement devant un tournant dans la production d'électricité mondiale, ce qui, vous le conviendrez, est une nouvelle assez encourageante. Et ne croyez pas que ce soit par pure philanthropie ou par préoccupation des industriels de l'énergie pour le sort de la planète. C'est en grande partie parce que la production d'énergie renouvelable devient de plus en plus rentable : économiquement, le coût du solaire et de l'éolien est en chute libre, et l'efficacité, le rendement de ces technologies s'améliore d'année en année. Pour ce qui est du solaire, par exemple, l'an dernier, une équipe australienne de l'Université de Nouvelles Gales du Sud a réussi à convertir 40% de la lumière solaire en électricité, ce qui est un rendement record.

Grâce à ce double effet de chute des prix et de hausse du rendement, l'énergie solaire, qui représente aujourd'hui un tout petit pourcent de l'énergie mondiale, pourrait, selon deux rapports de l'Agence Internationale de l'Energie, devenir d'ici 2050 – après demain, donc - la première source d'électricité mondiale.

Bon, ça c'était pour les bonnes nouvelles. Je peux noircir un peu le tableau quand même ou on s'arrête là ?

S'il semble que la transition énergétique est belle est bien en cours... reste à savoir combien de temps elle va prendre. Les énergies renouvelables demandent des investissements conséquents, tant pour la recherche et l'amélioration des rendements dont je vous parlais, que pour la création et l'installation de nouvelles centrales.

Or, depuis la crise financière, les financements publics sont en chute libre. Et cette baisse se chiffre en milliards de dollars de manque à gagner. En Australie par exemple, qui a longtemps été à la pointe de la recherche en énergie solaire, les investissements ont chuté de 90% ces 12 derniers mois.

En résumé : nous sommes sur la bonne voie mais il reste encore un long chemin à faire. La prochaine étape donc, Marc : vous arrêtez la viande ! Vous n'imaginez pas les économies d'énergie que vous ferez faire à la planète... ça consomme beaucoup trop d'énergie, une vache. Beaucoup trop.

L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......