LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Le régime des perdants

3 min
À retrouver dans l'émission

En cette journée du réveillon, j'aurais pu vous parler de la cuiller qu'on met dans la bouteille de champagne pour garder les bulles et qui ne sert à rien, ça a été prouvé scientifiquement.

J'aurais tout aussi bien pu vous parler, en cette période de départs en vacances, de ces chercheurs britanniques qui ont recruté de vrais cambrioleurs pour mener une étude cognitivo-comportementale sur leurs habitudes lorsqu'ils dévalisent votre maison : comment optimiser le temps pour voler le maximum de valeur dans un état de stress avancé... tout ça a été quantifié.

dragon
dragon Crédits : Dave Revoy

Et puis non, figurez-vous que je suis allé, religieusement hier soir, comme chaque année depuis un temps que je n'arrive plus à estimer, tellement j'ai l'impression que TOUS les Noëls, il y a un Seigneur des Anneaux ou un Hobbit ou un Harry Potter depuis la nuit des temps.

Je suis donc allé hier soir, c'est mon petit cadeau de Noël à moi, voir le dernier volet du Hobbit, en IMAX 3D 48 images par secondes, autant dire que ça n'a plus grand chose à voir avec du cinéma, hein, on est plus proche du parc d'attraction et des montagnes russes, mais c'est aussi pour ça qu'on aime ça, moi et les dizaines d'enfants venus en famille se faire, eux aussi, leur petit cadeau de Noël.

Et pendant que je regardais cet énorme dragon rouge et ces armées d'orcs et de gobelins se prendre une nouvelle fois, comme toujours, une dérouillée par 3 nains et demi et un demi-bout de hobbit, je me suis demandé pourquoi, oui diable pourquoi ces méchants qui sont plus hargneux, plus nombreux, plus grands, plus forts, mieux armés, montés sur des bêtes sauvages féroces et avides de sang... pourquoi donc sont-ils à chaque fois condamnés à se faire piétiner par des héros solitaires, mal préparés, pas entraînés et dégoulinants de bon sentiments.

Moi qui ai passé mon enfance à prier à chaque épisode de Goldorak pour que ce soient, enfin les Golgoths qui gagnent, moi qui hurlait de joie les rares épisodes où il se faisait arracher un bras ou une jambe, en rentrant chez moi, je me suis précipité sur mon fidèle compagnon informatique et devinez quoi... BANCO ! il y a une étude qui a cherché à comprendre la même chose que moi.

Un médecin de l'Imperial College de Londres, aidé de son fils, est parti du postulat suivant : et s'il y avait un problème physiologique, une situation médicale qui pourrait expliquer la défaite systématique et implacable des armées des ténèbres.

Voici ce que dit cette étude, publiée dans The Medical Journal of Australia. Le problème majeur des armées des ténèbres, c'est, comme son nom l'indique, les ténèbres... or qui dit ténèbres, dit manque d'exposition au soleil, et qui dit manque d'exposition au soleil dit déficit de Vitamine D... or la Vitamine D, c'est important, ça permet notamment la bonne fixation du calcium sur les os, et ça prévient l'apparition de nombreuses maladies.

Du coup, les deux chercheurs ont examiné le menu des personnages de ces films, pour voir si cette carence en Vitamine D pouvait être compensée par une meilleure alimentation... comme par exemple dans les poissons gras ou le bouillon de légumes, qui en regorgent.

Ils ont donc attribué une note de 0 à 4 en fonction de l'exposition au soleil, et des apports nutritifs contenus dans les repas. Eh bien le bilan est édifiant : les gentils s'en sortent presque toujours avec des notes comprises entre 3 et 4, là où les méchants ont un zéro pointé.

Or évidemment, avec des os fragiles, paf ! un coup d'épée même émoussé, même pas très bien placé, eh bien ça vous déloge une clavicule en deux deux, sans parler du foie qui travaille trop ou pas assez, la mauvaise peau, l'haleine à décoller le papier peint... bref, le problème majeur des armées des ténèbres, c'est que ses membres sont en mauvaise santé. Voilà pourquoi les méchants se prennent toujours des raclées.

La leçon du jour, donc, à quelques heures du réveillon : compte tenu du déficit d'ensoleillement, ne lésinez pas sur les poissons gras, si vous voulez, in fine, éviter de vous faire piétiner sans scrupule par vos petits hobbits hurlant les bras chargés de cadeaux qui font pouet pouet et promis, demain je vous raconte comment l'ibuprofène va peut-être vous sauver la vie.

L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......