LE DIRECT

Le satellite qui venait du froid

5 min
À retrouver dans l'émission

Il faut que je vous avoue, j'ai longuement, très longuement cherché hier, toute la journée, toute la soirée, une partie de la nuit... bref, j'ai vraiment fait ce que j'ai pu pour essayer de trouver un sujet au croisement entre l'art et la science, pour me mettre au niveau de votre prestigieux invité de ce matin.

 satellite météorologique russe Cosmos 122
satellite météorologique russe Cosmos 122 Crédits : Pline

J'ai tout fait : j'ai cherché sur les propriétés élastiques des petits chiens en ballons gonflables, les propriété magnétiques des poteries, la quantité de bactéries que l'on expulse en soufflant dans des poupées gonflables... j'ai TOUT cherché ! et j'ai tout juste trouvé un monsieur qui fait des toiles à partir de concrétions du calcaire contenu dans le fond des verres de whisky aux Etats-Unis, je me suis dit que bon... bof.

Alors du coup, pour me mettre au niveau de votre invité, j'ai visé plus haut, beaucoup plus haut, dans la haute atmosphère où est en train de se rejouer, depuis plusieurs semaines, une sorte de remake de James Bond période Roger MOORE, un croisement bâtard entre Moonraker et L'espion qui m'aimait, avec une touche de Sean CONNERY pour Bons baisers de Russie.

Que se passe-t-il donc au dessus de nos têtes ?

Tout commence en mai dernier. La Russie envoie dans l'espace trois satellites de communication militaire. La mise en orbite se passe bien à ceci près qu'un quatrième module est détecté : il s'agit a priori d'un module de petite taille. Les agences spatiales estiment donc qu'il s'agit d'un débris du lanceur... rien de bien grave.

Le problème, c'est qu'au lieu de poursuivre son orbite elliptique de débris tranquillement, cet objet a très vite commencé à avoir des déplacements bizarres. Il a même changé d'orbite tout seul, ce qui supposerait qu'il soit motorisé.

Quel est donc ce quatrième objet que les agences spatiales ont appelé depuis Kosmos 2499, un peu comme la série concurrente de Star Trek, avec Martin LANDAU et Barbara BAIN vous vous souvenez... ? Cosmos 1999, ils étaient sur la Lune qui avait quitté l'orbite terrestre et il y avait une extra-terrestre qui pouvait se transformer en hamster.

Mais je m'égare.

L'orbite de Kosmos 2499 a été donc corrigée à plusieurs reprises, jusqu'à début novembre où ce pseudo-débris en a intercepté un autre, un vrai débris de fusée cette fois.

Évidemment, tout le monde s'interroge sur la vraie nature de ce satellite russe, la Russie est totalement mutique sur le sujet.

Il n'en fallait pas plus pour relancer le fantasme d'une guerre froide spatiale, et plus précisément d'un programme russe de satellite tueur, de satellite destructeur de satellite.

Face aux soupçons internationaux, l'agence russe Interfax a publié un démenti et affirme que les suspicions occidentales sont totalement non-fondées, et qu'il s'agirait en fait du test d'un nouveau moteur miniaturisé.

En fait, c'est la 2ème fois que ce type d'événement se produit en 2 ans ; l'an dernier, la Russie avait également caché la mise en orbite d'un satellite dont elle n'a jamais précisé la véritable nature. Un programme qui n'a rien de neuf : les Etats-Unis et la Chine en développent un, l'armée russe également travaillait sur un satellite anti-satellite « ISTREBITEL SPUTNIKOV »... jusqu'à la chute de l'URSS. Depuis, plusieurs hauts responsables militaires ont fait des déclarations ces dernières années, laissant entendre que les recherches avaient repris sur ce type de système de défense.

En attendant, Kosmos 2499 est toujours en l'air, celui d'avant aussi, on ne sait toujours pas bien à quoi ils servent... et on n'a toujours pas de base sur la Lune ni de femme qui se transforme en hamster.

L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......