LE DIRECT

Les bienfaits de la langue

3 min
À retrouver dans l'émission

N'allez pas croire que je vais vous dresser ce matin un éloge du baiser, du french kiss, certainement pas en cette période hivernale... savez vous que lorsque vous embrassez quelqu'un avec la langue, vous échangez en moyenne 80 millions de bactéries.

Voilà, ça calme un peu. L'hiver, mieux vaut faire ceinture sur les langoureuses étreintes buccales.

apprenez des langues étrangères
apprenez des langues étrangères Crédits : mkhail

Non, ce matin, en cette fin de semaine, je voulais faire un cadeau, non pas à vous, mais à tous nos auditeurs qui enseignent les langues étrangères, ou à tous les parents dont les enfants sont rétifs à l'apprentissage de leur LV1 ou LV2 – quelle idée aussi d'avoir inscrit Mattis en classe de hongrois.

Car, on le savait depuis un certain temps : les langues étrangères, c'est bon, c'est même très bon pour notre cerveau. Plusieurs expériences sont venues en attester ces dernières semaines.

Notamment une étude, publiée dans le Journal of Neurolinguistics. On a donné des cours de chinois à une quarantaine d'étudiants strictement anglophones, et au bout de 6 semaines, on a comparé leurs fonctions cérébrales à un groupe test.

Encore une fois, on sait que l'apprentissage d'un langage sollicite le cerveau, notamment la zone du striatum ventral - tout à fait, je vous en reparlerai dans un instant - et que c'est une gymnastique excellente pour entretenir les facultés cognitives.

Ce que révèle cette enquête précisément, c'est que dans le cerveau de ces étudiants qui ont appris le chinois, de nouveaux réseaux neuronaux, de nouvelles connections se sont créées. Connections qui permettent, par la suite, à ces étudiants de réagir plus vite, de mieux intégrer les différents apprentissages... bref, apprendre d'une langue, c'est un peu comme rajouter des circuits dans le cerveau, booster la machine.

L'un des chercheurs note même des changements anatomiques dans le cerveau de personnes plus âgées, ce qui ouvre de nouvelles perspectives pour le traitement des maladies cérébrales dégénératives, comme Alzheimer ou la démence sénile.

Selon une autre étude, canadienne cette fois, sur 150 patients atteints de la maladie d'Alzheimer, ceux de ces patients qui avaient parlé deux langues tout au long de leur vie ont vu l'apparition de la maladie retardée jusqu'à 4 ans.

Enfin, un autre argument en faveur des langues étrangères. Et non des moindres : je vous parlais tout à l'heure de l'une des zones du cerveau qui est sollicitée par leur apprentissage, le striatum ventral. C'est en fait le centre de la récompense, vous savez, celui qui relâche de la dopamine, la molécule du plaisir. C'est cette zone qui est sollicitée quand vous vous faites plaisir, avec une bonne entrecôte Marc, ou plus généralement du sucre ou du chocolat, mais aussi, tenez-vous bien, quand vous avez des relations sexuelles.

Apprendre une langue étrangère stimule la même zone du cerveau que lorsqu'on fait l'amour... C'est pas beau ça ?

Pourquoi ?

C'est encore assez obscur... selon les chercheurs, ce serait lié au fait que l'apprentissage d'un langage nous renvoie à l'apprentissage de la parole, quand nous étions tout petits, et en interaction émotionnelle très forte avec nos parents. Alors rassurez-vous, je ne compare pas la joie de rendre vos parents heureux à l’orgasme, mais il semblerait, en tout cas, que les mécaniques de récompenses sollicitent la même zone du cerveau.

Voilà, sur ce je vais vous souhaiter un excellent week-end, avec une méthode ASSIMIL, avec votre chéri/e ou les deux... puisque manifestement, c'est compatible, ya ? Gutt.

Mais sans la langue hein, souvenez-vous les bactéries...

L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......