LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Mars, et ça repart !

4 min
À retrouver dans l'émission

Un français fait partie des derniers candidats à un projet de colonisation de la planète Mars, pour un aller sans retour prévu dans moins de 10 ans. Mais ce projet, Mars ONE, ne semble pas reposer sur des bases scientifiques ou économiques très solides.
Il ne vous aura pas échappé, en lisant, en écoutant ou en regardant hier votre quotidien, votre radio ou votre chaîne d'information préférés que nous avons un petit français, cocorico, qui a été retenu parmi les 100 derniers candidats (il y en avait plus de 200 000 au départ), dans l'ultime ligne droite pour être l'un des 24 membres d'une expédition qui doit partir pour une voyage sans retour sur la planète Mars, d'ici une toute petite dizaine d'années.

colonisation de Mars
colonisation de Mars Crédits : D Mitriy

Tout à fait, le monsieur est médecin, il s'appelle Jérémy SAGET, il a 37 ans et il est passionné d'exploration spatiale - ce qui est un plus pour ce type de projet - et il déclarait à qui voulait l'entendre qu'il était fin prêt à faire ses valises pour partir s'installer définitivement sur la planète rouge, laissant femme et enfants ici-bas, pour devenir l'un des pionniers de la colonisation spatiale.

Parce que, oui, vous avez bien entendu... il existe un projet de colonisation de Mars, départ prévu en 2024, avec 24 passagers internationaux préalablement sélectionnés pour aller terminer leurs vieux jours tranquilou à quelques centaines de millions de kilomètres de notre bon vieux plancher des vaches.

Ce projet s'appelle Mars One. Il a été mis sur pied par un certain Paul RÖMER, connu pour avoir créé l'émission de téléréalité « Big Brother », décliné en « Loft Story » chez nous. Et ça tombe bien, parce que son recrutement de candidats pour la planète rouge est exactement conçu comme un jeu de télé-réalité, bande-annonce avec grosse voix, gros violons anxiogènes et beaucoup de basses, pour nous vendre le dépassement des limites, le sacrifice et tout le toutim.

Oui, je vous avais prévenu, ça fait vibrer les murs... c’est le but.

Mais alors me direz-vous, fins scrutateurs de la conquête spatiale que vous êtes... tout de même, un vol habité de colonisation vers Mars dans seulement 10 ans... ça fait un peu court, non ?

Je salue votre sagacité... quand on sait que la NASA elle-même ne prévoit que très vaguement un vol habité vers Mars, pas de colonisation hein, juste un aller-retour... et pas avant houla, au bas mot 2030, mais plutôt 40 voire 50... qui donc est ce monsieur Paul « Big Brother » RÖMER qui a les moyens d'envoyer 24 gogos... pardon, 24 candidats en mission de colonisation dans 10 ans ?

Eh bien je vous répondrais... un monsieur pas très très sérieux.

Parce qu'il y en a des obstacles à sa mission Mars ONE, et pas qu'un seul. L'argent pour commencer. Paul RÖMER parle d'un budget de 6 milliards de dollars. Là où la NASA estime un voyage sur Mars à 10, voire 20 fois ce tarif. Mais Mars ONE pourrait partir à bas coût, explique-t-on, grâce à de multiples sous-traitances pour la majeure partie de ses contrats.

Pourquoi pas. Mais ces contrats... pour l'heure, seuls 2 auraient été signés avec des fournisseurs, selon l'enquête d'une journaliste. La société Mars ONE, elle-même, ne compterait aujourd'hui que trois employés permanents. Ce qui est un peu maigre quand on a l'ambition de coloniser une planète. Sans parler des problèmes technologiques, notamment en termes de carburant pour envoyer 24 personnes dans un voyage spatial de 7 mois... et si vous ajoutez à ça les problèmes d'oxygène sur place, qui font dire à des spécialistes que toute mission de colonisation aboutirait à la mort des colons martiens au bout d'un peu plus de 2 mois.

Bref, Mars ONE semble, malgré sa couverture presse, être une vaste blague d'un zozo qui se fait de la publicité à peu de frais.

C'est dommage. Ca fait rêver l'idée d'envoyer tout là-bas des gens comme vous et moi, surtout comme vous Marc. Marc sur Mars, ça fait un excellent slogan. Vous pourriez nous raconter ce que c'est que ce nuage de fumée de 200 kilomètres d'altitude qui a été observé en 2012 par exemple, et sur lequel tous les astrophysiciens sèchent. On ne sait pas ce qui se passe. Il y a même eu un article dans Nature pour dire à la communauté scientifique : aidez-nous. On ne comprend pas ce phénomène de nuage géant à la surface de la planète rouge. Mais non, au lieu de ça on parle du Big Brother de l'exploration spatiale. La preuve, je viens de tomber dans le panneau moi aussi. Mais comme je suis gentil et que je vois que ça vous passionne... promis, je vous en reparle du mystérieux nuage de Mars la semaine prochaine. Vous voyez, Mars... et ça repart.

L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......