LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Montée de Mercure

3 min
À retrouver dans l'émission

Au début de sa formation, la Terre serait entrée en collision avec un planétoïde du même type de composition que la planète Mercure, une collision qui expliquerait à la fois les particularités de la croute terrestre... et la formation de la Lune.
Il y aurait dans la Terre un peu de Mercure. Mercure, la planète, pas le métal liquide.

Alors si vous maîtrisez pas trop mal l'ordre des planètes en partant du Soleil, entre la Terre et Mercure, il y a Vénus. Bref, la Terre et Mercure ne sont pas des voisines directes. Vous devriez donc, grâce à votre esprit affûté comme la lame d'un set de couteau japonais, vous dire qu'une fois de plus, je raconte n'importe quoi.

collision entre la Terre et un planétoïde
collision entre la Terre et un planétoïde

Et une fois de plus, vous auriez bien tort. Ce dont je me fais l'écho ce matin, c'est d'une étude de deux géophysiciens britanniques, étude publiée dans Nature la semaine dernière, et qui postule qu'au moment de sa formation, ou très très tôt dans son histoire, la Terre aurait « absorbé » un planétoïde du même type de composition que la planète Mercure...

Que notre belle et douce planète serait, en quelques sortes, une espèce de dévoreuse d'astres. Comment ces géophysiciens en sont-ils arrivés à cette conclusion ? Eh bien en partant de plusieurs études récentes, sur la composition de la croûte et du manteau terrestre. Il y a une particularité sur Terre, c'est que le ratio de deux éléments qui permettent de dater la roche, le samarium et le néodyme, est différent, plus élevé que dans tout le reste du système solaire, et notamment que celui que l'on trouve sur les météorites.

Cela laisse donc supposer qu'il s'est passé quelque chose, au moment de la formation de la Terre, quelque chose d'autre que la simple agrégation de poussières percutées par des astéroïdes et des météorites.

Deuxième indice qui a conduit les travaux des chercheurs, c'est la constitution du noyau terrestre. Je vais essayer de vous le faire rapidement, mais j'ai besoin que vous soyez un peu attentifs. Bon, vous savez que le noyau de la Terre est composé en grande partie de fer en fusion. Or, cette fusion, elle est entretenue par des éléments radioactifs, comme l'uranium et le thorium, qui produisent de la chaleur en se dégradant. Problème : les éléments radioactifs détestent le métal. Ils le fuient, ils y sont allergiques en quelques sortes... un peu comme vous Marc à la science, ou moi à la viande.

Il faut une réaction chimique particulière pour que ces éléments radioactifs restent dans le noyau au contact du métal. Les deux chercheurs ont donc conduit, en laboratoire, dans un appareil à haute pression, ces assemblages chimiques et bingo... les résultats confirment leur hypothèse. A savoir que c’est cette collision avec un astre du même type de composition que la planète Mercure qui a apporté sur Terre les éléments chimiques qui maintiennent dans la noyau de notre planète les isotopes radioactifs qui permettent la fusion.

Et plus avant : c'est certainement grâce à cette collision, entre la Terre et ce planétoïde mercurien, que le champ magnétique terrestre est né... grâce à ces réactions chimiques dans le noyau terrestre que nous sommes aujourd'hui protégés des radiations cosmiques - sans champ magnétique, la surface de notre belle planète serait totalement grillée - et donc, in fine, c’est donc grâce à cette collision initiale que la vie a pu apparaître, l'eau, les vertes prairies, la planète bleue, tout ça quoi.

Je vous disais pour conclure que s'il s'agit d'un planétoïde du même type de composition que la planète Mercure, difficile pour autant de se figurer la Terre entrer en collision avec un astre aussi gros, de la taille de la planète Mercure… eh bien en fait, il s'agirait en fait d'un planétoïde bien plus gros, certainement de la taille de la planète Mars – soit environ la moitié de la taille de la Terre.

Et ce serait cette collision titanesque, au tout début de l'histoire de la formation de la Terre, qui aurait laissé de nombreux débris tout autour de notre planète... des débris qui se sont agglomérés, et qui sont devenus notre Lune.

L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......