LE DIRECT

On n'a pas fini de tourner

4 min
À retrouver dans l'émission

Non, je ne vous parle pas ce matin une nouvelle fois de la sonde Rosetta qui tourne autour de la comète Tchouri, malgré les nouvelles photos panoramiques sublimes envoyées par Philae, malgré les nouvelles informations venues des tréfonds de l'espace, à 500 millions de kilomètres d'ici, de nous, de la Maison de la Radio rénovée, réhabilitée, avec son nouvel auditorium que vous pourrez visiter tout au long de ce week-end festif... voilà j’ai fait le tour… NON j'ai bien compris hier que vous en aviez soupé de la comète et de ces histoires de sonde.

le virus qui rend con
le virus qui rend con Crédits : Drouet

Ce matin, devant la présence intimidante du toutologue émérite, j'ai donc choisi de sortir de mon chapeau ma carte maîtresse, le grand jeu, la révélation que je gardais pour un moment futur, peut-être prochain, où excédé par mes jeux de mots approximatifs et mes références insistantes à la pop culture matin après matin, vous ne me regarderiez plus, Marc, comme en ce premier jour de septembre où vous m’accueillîtes dans ce studio avec votre sourire de jeune premier et une lueur d'étoile dans les yeux.

Voilà, Marc, Philippe, Mathieu, François... vous tous, auditeurs sachant auditer... je vais vous révéler ce matin pourquoi en à peine quelques centaines d'années d'évolution, nous sommes passés de Mozart à M Pokora, d’Emile Zola à Eric Zemmour, de Fouché et Talleyrand à Fillon et Jouyet, et de Philippe Meyer à Nicolas Martin...

Tout ça, c'est la faute d'une algue. Et plus précisément d’une algue verte.

Et comme souvent avec les grandes découvertes, celle-ci a été faite de manière totalement fortuite.

A l'origine, une équipe de l'Université du Maryland conduit des expériences sur des patients atteints de troubles psychiatriques. Elle cherche à comprendre si leur microbiome - des agents pathogènes extérieurs - pouvait avoir un rôle dans le développement ou l'apparition de maladies mentales.

Que trouve cette équipe ? Un virus situé dans la gorge de plusieurs patients ; un chlorovirus, plus précisément, c'est-à-dire un virus qu'on croyait spécifique à certaines algues vertes, les chlorelles.

Que diable ce chlorovirus appelé du doux nom d’ATCV-1 faisait-il dans la gorge de ces malheureux patients atteints de troubles mentaux ? C'est ce que d'autres équipes de chercheurs ont essayé de comprendre. Notamment pour voir si des personnes jugées saines étaient elles-aussi porteuses de ce chlorovirus, et si oui, quel type d’effet pouvait avoir ce virus.

Et c'est là que ça commence à devenir intéressant. Sur 92 patients sains, 40 ont été testés positifs au chlorovirus... C'est près d'un sur deux.

Les chercheurs ont commencé à s'interroger sérieusement sur l'effet de ce petit brin d'ADN algal sur ses hôtes, que personne n'avait détecté jusqu'alors et qui ne semblait donc être à l'origine d'aucune maladie connue.

Ils ont donc fait passer une série de test à ces patients sains, et notamment des tests cognitifs. Et bien figurez-vous que les 40 patients infectés par le chlorovirus avaient ceci de commun qu'ils ont tous eu un peu plus de mal à passer ces tests cognitifs, notamment les tests qui impliquaient la vue. Ils étaient tous plus lents pour comprendre une suite logique de nombres par exemple, et leur capacité de concentration était légèrement réduite par rapport au groupe non-infecté.

En un mot comme en cent... les chercheurs venaient de mettre la main sur le virus qui rend con.

Alors, ne vous précipitez pas tout de suite au labo du coin pour faire des analyses, tout d'abord, nous avons tous environ 8% de patrimoine génétique viral, c’est normal… c'est à titre indicatif 4 fois plus que notre ADN néandertalien... par ailleurs, ces test demandent à être confirmés, et en l'état actuel des choses, ils ne semblent pas inquiéter plus que ça la communauté scientifique... Faut-il y voir un lien de cause à effet ? je vous laisse seul juge, vous et le ciel bien sûr... qu'il vous tienne, ou non, en joie.

L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......