LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Noir, c'est noir

3 min
À retrouver dans l'émission

Des chercheurs auraient trouvé un coupable des grandes extinctions cataclysmiques qui ont jalonné l’histoire de la Terre: la matière noire.

La matière noire est normalement invisible, mais ici on la voit en bleu
La matière noire est normalement invisible, mais ici on la voit en bleu Crédits : M.J. Jee and H. Ford (Johns Hopkins University)

Contrairement à ce que chantait Johnny, il y a plein d’espoir. Plein d’espoir d’en apprendre plus sur la grande inconnue de l’astrophysique, la matière noire, cette matière invisible, inobservable, qui composerait pourtant un quart de la densité d’énergie totale de l’univers et que l’on ne peut détecter que par la gravité qu’elle exerce sur les objets alentour.

C’est l’objectif des équipes du CERN, à Genève, qui vont redémarrer d’ici quelques semaines le Grand Collisionneur de Hadrons… ce superaccélérateur de particules, à l’arrêt depuis 2 ans, qui avait permis de découvrir un autre objet jusqu’alors théorique… le Boson de Higgs.

Alors, je vais vous épargner ce matin un petit précis de physique des particules, c’est un chouïa complexe. Mais en gros, les physiciens du CERN vont partir à la recherche de particules dites « supersymétriques » suivant la théorie selon laquelle toute particule a un jumeau, plus lourd. Et c’est le jumeau du neutrino, le neutralino, qui, s’il existe, serait le meilleur candidat pour être le composant principal de la matière noire.

Voilà, je m’arrête là promis. Ce qui est intéressant, entre autres, avec la matière noire, c’est qu’une étude publiée récemment dans les Notices Mensuelles de la Royal Astronomical Society postule que c’est la matière noire qui pourrait être à l’origine des extinctions massives que notre Terre a vécu de façon périodique, environ toutes les 30 millions d’années.

Vous n’êtes pas sans savoir que 99% des espèces qui ont un jour vécu sur notre planète sont aujourd’hui éteintes. Si la plupart se sont éteintes dans des cycles évolutifs naturels, parce qu’elles n’ont pas su s’adapter et évoluer, une grande partie d’entre elles se sont éteintes au cours des grandes extinctions cataclysmiques qui ont jalonné l’histoire de la Terre…

Or, il s’avère que 30 millions d’années, c’est la périodicité à laquelle notre Soleil, qui tourne autour du centre de la Voie Lactée, passe traverse ce que l’on appelle le « Plan Galactique ».

Parce que le Soleil ne se contente pas d’une simple révolution elliptique, il évolue également de bas en haut, il monte et il descend tout en tournant autour du centre de la Galaxie, de façon sinusoïdale. Et il traverse donc, de façon périodique, tous les 30 millions d’années donc, la ligne médiane, ce fameux Plan Galactique.

Et dans ce Plan Galactique, il y a plein plein plein de choses. Des gaz, des nuages de poussières, des débris… et surtout, selon les astrophysiciens : plein de matière noire. Or, si on ne peut pas observer directement la matière noire on observe en revanche ses effets gravitationnels. Elle perturbe la course de la matière. Selon les observations récentes, dans le plan galactique il y aurait pour chaque année-lumière carré l’équivalent en matière noire d’une masse solaire, ce qui fait beaucoup.

La conséquence de cette concentration de matière noire dans cette partie de la Voie Lactée c’est qu’elle perturberait l’orbite des comètes, des astéroïdes et autres objets errants vers les astres les plus lourds, en l’occurrence les planètes du système solaire, dont la Terre.

Une autre théorie postule que la matière noire s’accumulerait, durant ce passage, dans le noyau de la Terre, provoquant in fine , après plusieurs millions d’années, une surchauffe qui finirait par remonter vers la surface et créer d’importants dérèglements climatiques, la hausse du niveau des océans, etc.

Comme je constate qu’après 3 minutes 30 de vulgarisation d’astrophysique, c’est votre cerveau qui surchauffe Marc, je remballe ma matière noire et demain promis, je vous parle de la sexualité des fougères.

L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......