LE DIRECT

Radio Activité

3 min
À retrouver dans l'émission

Ce matin au Panthéon, vous n'infusez pas seulement dans des siècles de savoir, de connaissance et d'histoire, je vais vous expliquer ça dans quelques instants…

Saviez-vous déjà qu'il n'y a que 11 scientifiques inhumés au Panthéon, dont trois mathématiciens et quatre physiciens, et un fameux couple, enterrés côte à côte… c'est le couple BERTHELOT, Marcellin et Sophie, premier couple à être inhumé sous la coupole, au tout début du 20ème siècle. Marcellin était professeur de chimie organique au Collège de France.

Marie Curie
Marie Curie

Vous pensiez bien sûr au couple CURIE, et vous aviez bien raison. C'est François MITTERRAND qui a demandé le transfert de leur sépulture ici-même en 1995, et figurez-vous que ce transfert a été une opération scientifique extrêmement minutieuse, comme le raconte avec abondance de détail Jean-Luc PASQUIER sur son blog, puisque, comme vous le savez certainement, Marie CURIE est morte d'une leucémie qu'on appelle « radio-induite », c'est-à-dire provoquée par une exposition prolongée aux radiations, principalement de radium.

Et en 1995, on ne savait pas très bien ce qu'on allait trouver entre les parois des cercueils du couple CURIE, à leur exhumation du cimetière de Seaux. Il faut savoir que Marie CURIE reposait dans un triple cercueil, un extérieur en bois, puis un intérieur en plomb - avec des parois de deux millimètres et demi d'épaisseur, c'est beaucoup - et puis un troisième cercueil en bois dans celui de plomb.

Les mesures faites, tant sur l'air contenu dans le cercueil de plomb qu'au contact, sur la dépouille de Marie CURIE ont révélé une radioactivité évidemment supérieure à la normale, mais seulement comparable à environ 2 fois le bruit de fond ambiant ; une radioactivité finalement assez faible, et donc sans danger pour les personnes qui ont contribué à cette exhumation.

Les corps de Pierre et Marie CURIE ont été inhumés, néanmoins, au Panthéon dans des sépultures plombées, pour éviter tout risque d'irradiation résiduelle.

Mais alors, Marc, vous allez me dire : « pourquoi est-ce que je vous ai écrit ce lancement en vous disant que tout le monde ici infuse depuis plus de 2 heures… si ce n'est à cause du couple CURIE ? ».

Et bien ce n'est pas tant moi qui le dit que l'IPPNW pour, en français dans le texte, l'Organisation Internationale des Médecins pour la Prévention de la Guerre Nucléaire, dont le congrès mondial s'est tenu il y a quelques semaine.

Et je vous livre quelques unes de ses conclusions : avec plus de 2000 essais nucléaires depuis 1945, on trouve du césium 137, qui est un isotope radioactif, à peu près partout à la surface du globe, dans le sol et l'alimentation.

Il y a les essais nucléaires bien sûr, mais aussi les mines d'uranium qui relâchent des particules radioactives dans l'atmosphère, les accidents nucléaires bien sûr, Tchernobyl et Fukushima au premier chef, mais sans oublier la quarantaine d'accidents graves dans des centrales de l'ère soviétique, dont on parle finalement assez peu.

Bref, toutes ces particules se sont bien sûr disséminées dans l'atmosphère, et, si le niveau de radioactivité ambiant reste très faible par rapport aux normes internationales… toujours est-il qu'il a considérablement augmenté, en moins d'un siècle.

Oui, vous savez, c'est ce double tropisme paradoxal dans lequel on tombe quand on s'intéresse à la science : à la fois, le futur commence aujourd'hui, et on va tous mourir demain…

Donc, pas d'inquiétude inutile, pas la peine de vous précipiter au magazin de bricolage à côté de chez vous pour fabriquer un compteur Geiger ou de vous ruer dans votre salle de bain pour prendre un bain d'iode.

Et puis, je vous le disais, double tropisme contradictoire : des chercheurs de l'Université de Manchester, en Grande-Bretagne, viendraient de trouver un micro-organisme extrêmement résistant, capables de vivre dans des conditions extrêmes et qui arriverait à éliminer progressivement la radio-activité. Qui c'est qui va passer un bon week-end tout compte fait ?

L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......