LE DIRECT

Remballe ton étude

3 min
À retrouver dans l'émission

C'est mon petit côté anar, la mèche rebelle, avec ma veste Harrington post-punk noire à carreaux rouges, mes tatouages partout, ne rien faire comme tout le monde... eh bien, ce matin, je vais me faire le porte voix d'un chercheur, connu comme le loup blanc dans le monde des sciences, John IOANNIDIS et dire avec lui : la grande majorité des publications scientifiques méritent de ne JAMAIS être publiées.

Comment ça ? Quoi ça ?

Alors, avant de recevoir des tombereaux d'insultes de la part de nos amis chercheurs-enseignants qui nous écoutent plus nombreux chaque matin et que je salue, laissez-moi vous expliquer cette poussée d'anarchie matinale.

Déjà, qui est ce John IOANNIDIS ? C'est un professeur de Stanford, il est comme je vous le disais une sorte de terreur du monde de la science ; il avait déjà lancé un gros pavé dans la mare il y a presque 10 ans en publiant dans la revue PLOS Medecine un article qui s'intitulait « Pourquoi la plupart des découvertes publiées sont fausses ». Article consulté depuis plus d'un million de fois.

Il reprend aujourd'hui une partie de ces arguments pour attaquer de front le système de publication de la recherche scientifique - vous savez, ce système régi par la règle tacite dont je vous ai déjà parlé ici « publish or perish », publier ou mourir, qui entraîne les chercheurs dans une surenchère de publications s'ils veulent obtenir reconnaissance, promotion et crédits pour leur laboratoire.

Que dit John IOANNIDIS ? Il dénombre déjà, entre 1996 et 2011 plus de 25 millions d'études publiées ; à comparer au très faible nombre d'avancées scientifiques concrètes et matérielles qui sont, elles, beaucoup moins fréquentes...

Et il explique que, dans cette course à la publication, eh bien de très nombreuses études sont tout simplement fausses : qu'il s'agisse de « faux positifs », c'est-à-dire de résultats biaisés par le protocole de recherche, de résultats impossibles à reproduire, d'échantillons de tests trop petits, donc pas significatifs, voire carrément de malhonnêteté intellectuelle.

Selon lui, dans son secteur de recherche, la biomédecine, jusqu'à 85% des investissements faits dans ce secteur le sont à pure perte, soit un total de plus de 200 milliards de dollars jetés par la fenêtre.

Il dénonce, également, la technique dite « du salami », qui consiste à découper une seule recherche en plusieurs « tranches », et à proposer chacune de ces tranches à plusieurs revues, de façons à pouvoir attester de plusieurs publications, alors qu'il n'y a qu'une seule étude.

Le tout, à cause de ce système, ce cercle vicieux qui fait que les chercheurs sont poussés à la publication par leur laboratoire, par les investisseurs, dans un secteur dominé par la cooptation, le népotisme et le sexisme... bref, vous voyez, il n'y va pas de main molle comme disait ma grand mère auvergnate.

Mais ce qui est intéressant, c'est que IOANNIDIS ne se contente pas de critiquer le système. Il propose plusieurs pistes pour le réformer. Un système assez radical, un barème qui attribuerait des points – positifs pour les études qui ont pu être reproduites ou qui se sont traduites par des avancées concrètes, négatifs pour les autres. Et c'est ce barème qui présiderait à l'attribution, ou non, d’avancement de carrière et de postes prestigieux.

Comme le souligne mon estimé confrère Pierre BARTHELEMY, auteur du non moins estimé blog Passeur de Sciences sur LeMonde.fr, toutes les critiques de IOANNIDIS ne sortent pas de son chapeau, comme par un tour de passe-passe. Elles sont formulées, souvent à voix basse, et de manière récurrente, par de nombreux chercheurs.

Elles ont aujourd'hui le mérite d'être exprimées, bruyamment à l'échelle de la communauté scientifique, et tant mieux. Alors, en ce début de fête du livre sur France Culture... soyons punk, publions moins !

L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......