LE DIRECT

Rouge c'est rouge

3 min
À retrouver dans l'émission

Je profite de cette matinale spéciale au musée PICASSO pour vous parler d’une artiste peintre qui se dit tétrachromate, c’est-à-dire qu’elle prétend pouvoir distinguer plus de 100 millions de couleurs, là où nous, pauvres mortels, n’en distingons qu’un petit million.

gros plan tricolore d'un écran de télévision
gros plan tricolore d'un écran de télévision Crédits : Martin Howard

Comment est-ce possible ? Et bien depuis bientôt 2h que vous tournez ici au musée PICASSO devant les toiles du maître, vous êtes vous demandé, Marc, une seule fois si vous, vos invités, si les visiteurs qui vont venir à partir de demain percevaient la même chose.

Bon, je ne parle pas de myopie, d’hypermétropie ou de presbytie pour ce qui vous concerne, Marc… je ne parle pas des formes et des silhouettes, mais des couleurs.

Qui vous dit, comment pouvez-vous être sûr que ce que vous avez vu ce matin est exactement ce qu’a voulu peindre PICASSO ? Qui vous certifie que que le rouge que vous voyez, est exactement la teinte de rouge qu’a voulue PICASSO ?

C’est simple : RIEN.

La perception des couleurs, comme le goût ou la douleur font partie de ce qu’on appelle des qualia, c’est-à-dire des perceptions sensorielles subjectives, totalement impossibles à décrire, qui constituent l’essence de notre perception du monde physique.

Allez expliquer ce qu’est le rouge, ou la différence entre des nuances de bleu… essayez de mettre des mots dessus, c’est bien simple, c’est impossible.

Impossible donc de savoir si le rouge que vous voyez est le même que le rouge que je vois, en dehors évidemment de toute perturbation de la perception des couleurs, comme le daltonisme par exemple.

En fait, c’est d’autant plus compliqué que les couleurs, à vrai dire, n'existent pas vraiment ; ce sont une reconstitution de notre cerveau qui perçoit des longueurs d’onde du spectre électromagnétique. Ces ondes, ce sont nos neurones qui les interprètent en couleurs, à partir de cônes que nous avons au fond de la rétine, et qui perçoivent les trois grands spectres de la lumière.

Ces trois spectres que nous percevons font de nous ce qu’on appelle des trichromates ; mais figurez-vous que certains animaux sont tétrachromates, c’est-à-dire qu’ils perçoivent quatre spectres, et donc plus de couleurs, principalement dans les Ultra-Violets.

Et il y a une légende, une sorte de rumeur qui n’a pour le moment pas pu être vérifiée, pour les raisons dont je vous parlais à l’instant, de personnes humaines, essentiellement des femmes, qui seraient tétrachromates.

Comment est-ce possible et pourquoi des femmes ? Et bien par une variation génétique sur le chromosome X, le chromosome féminin. Dans le cas où cette variation figurerait sur les 2 chromosomes à la fois chez la femme, il se pourrait, en effet, que le spectre de perception des couleurs soit plus large.

C’est en tout cas ce dont se réclame cette artiste peintre australienne dont je vous parlais tout à l’heure. Concetta ANTICO affirme pouvoir voir plus de 100 millions de couleurs. Concetta ANTICO a mis a contribution cette sorte de super pouvoir puisqu’elle est devenue peintre.

Je vous laisse juger du travail de l’artiste qui peut voir 100 millions de couleurs… manifestement, si on ne peut pas être sûr de sa tétrachromatie, la seule chose dont on peut être sûr, c’est que ce n’est pas la perception des couleurs qui fait le talent.

L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......