LE DIRECT

Une question de doigté

4 min
À retrouver dans l'émission

L'utilisation répétée et systématique de nos smartphones rend la place du pouce plus développée dans nos fonctions cérébrales. Un phénomène mis en lumière par une équipe de chercheurs des universités de Zurich et Fribourg.
Figurez-vous que, pour bien commencer la semaine, je vais vous expliquer, dans les quelques minutes qui viennent, comment votre pratique frénétique de Twitter et des textos est en train de faire de vous un mutant. Une créature hybride, au cerveau difforme.

taper un SMS avec ses pouces
taper un SMS avec ses pouces Crédits : kropekk_pl

Je vous avais déjà expliqué, ici même, comment la pratique intensive, d'aucuns diraient abusive, des réseaux sociaux, reroute en quelques sortes votre cerveau pour vous rendre dépendant, et vous procurer le maximum de plaisir, de dopamine, avec le minimum d'efforts.

Eh bien figurez-vous qu'il en va de même avec les SMS. L'emploi d'un ou deux pouces - deux pouces pour les plus jeunes, qui sont nés avec un smartphone greffé dans la main, et un pouce pour nous autres, Marc, les brontosaures des Nouvelles Technologies (on nous appelle des digital immigrants, des migrants numériques, nous qui avons grandi avec le minitel et qui avons connu les ordinateurs à disquettes, contrairement au digital natives, ou natifs numériques en français... on dit même « digiborigènes », pour ces nouvelles générations qui sont nées connectées à un ordinateur via un câble ombilical USB).

Bref, une fois de plus, je m'égare. Tout cela pour vous dire que l'usage compulsif que vous faite de votre smartphone, Marc, reroute des circuits de votre cerveau.

Vous connaissez sûrement l'homoncule ? L'homoncule, c'est entre autres cette représentation difforme de l'homme en fonction de la répartition des sens et des fonctions motrices dans notre cerveau. Cet homoncule a des trèèèèèèèèèèèèèès grandes mains, parce que nos mains sont un outil très sensible, qui demande des mouvements très précis, et qui occupe donc une place importante dans nos fonctions cérébrales.

Eh bien l'utilisation répétée et systématique de nos smartphones, et le tapotage répété et systématique de messages avec un ou deux pouces rend cette place du pouce encore plus importante, plus développée dans notre cortex moteur primaire. Un type de déformation que l'on peut retrouver, par exemple, chez un violoniste, du fait du maniement de l’archet.

Pour s'en rendre compte, une équipe de chercheurs des universités de Zurich et Fribourg on fait passer des électro-encéphalogrammes à un panel d'utilisateurs de smartphones.

Résultat : sur une période de 10 jours, plus le smartphone aura été utilisé fréquemment pour envoyer des messages, plus la taille du pouce dans la représentation motrice sera importante, à cette différence près, et notoire, par rapport au violoniste et à son archet... c'est que contrairement au violoniste, il n'y a aucun lien entre le temps depuis lequel on a commencé à envoyer des SMS et l'intensité du signal cérébral. En clair, il n'y a aucune forme d'apprentissage, contrairement au maniement de l'archet qui lui demande des années et des années de pratique.

Ce qui m'amène, pour conclure, à une autre application assez fascinante de l'usage que vous faites de vos doigts.

Que vous soyez, comme vous Marc, migrant numérique, ou au contraire digiborigène... que vous tapiez sur un clavier avec la légèreté et la dextérité d'un brontosaure qui coudrait de la dentelle, avec deux index comme ça... ou que vous vous promeniez telle une ballerine en volant à la vitesse du vent sur les touches de votre clavier AZERTY.

Une firme américaine vient d'inventer un clavier qui vous identifie à la manière dont vous tapez. Notre façon de taper un texte sur un clavier serait en fait une signature biométrique. Un marqueur strictement individuel. Le clavier intelligent vous reconnaît donc, et il ne se fie pas qu'au rythme auquel vous percutez les touches, mais aussi à plusieurs autres critères comme la taille de vos doigts, la pression que vous imprimez quand vous enfoncez le touche, votre bioélectricité personnelle... et j'en passe.

Vous imaginez un peu ce que ça signifie : LA FIN DES MOTS DE PASSE. Des 229 mots de passe différents que vous avez mémorisé si vous êtes un digiborigène, ou de "123456" pour tous les sites comme vous, Marc. Ajoutez à ça que ce clavier intelligent convertit l'énergie de vos doigts en électricité, qu'il est donc autonome en énergie ET qu'en plus il est auto-nettoyant, fini les miettes de cornes flakes qui bloquent la touche entrée.

Ce petit bijou, selon ces créateurs, serait prêt à être commercialisé d'ici deux ans s'ils arrivent à trouver des investisseurs. Je vous donnerai l'adresse, Marc, si vous voulez envoyer un chèque.

L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......