LE DIRECT

Adieu l’enfance : La Féline, fin de siècle

4 min

La Féline sort un EP avant la sortie attendue de son dernier album.

La Féline, Adieu l'enfance
La Féline, Adieu l'enfance Crédits : Radio France

La Ligne d’horizon, Fumée dans le ciel, ou encore Moderne : vous pensez, parce qu’elle parle ici d’un anniversaire, que La Féline chante depuis les ruines de 1914-1918 ? Sans doute pas, et pourtant tout dans cet album « Adieu l’enfance » qui vient de paraître renvoie à l’expérience d’une apocalypse, cherche plus loin que la pop et atteint l’abstraction des albums qui touchent sans qu'on sache précisément où, difficile même à dater. Elle parle dans le premier morceau de "dandys de combat", de l’importance capitale de se singulariser, une des chansons fortes ensuite « Zone » emprunte son titre à Apollinaire, et ces premiers vers célèbres « À la fin tu es las de ce monde ancien » écrits en 1913, on a le sentiment qu’elle les fredonne en sous-texte. Adieu l’enfance, disque d’une enfant fin de siècle et portrait en creux d’une chanteuse passionnante, Agnès Gayraud, critique, musicienne et professeur agrégée de philosophie (elle a consacrée sa thèse à Theodor W. Adorno), alors forcément le doute, sujet en boucle. « C’est un blues beau et blême, un blues de carême au motif oriental, qui s’insinue dans l’esprit comme le doute lui-même » écrit le romancier Tristan Garcia à propos de cette chanson « Dans le Doute ». La Féline qui convoque à la fois les cantejondos espagnols chantés par sa mère, l’émotion première du « Chi Mai » d’Ennio Morricone et les soli de guitare de Robert Smith : le "parfait état" en somme comme elle l'écrit dans le dernier morceau de l'album. « Le rock permet ce qu’interdit la philosophie : s’en tenir à une émotion » L’idée de doute c’est aussi l’impression qu’entretien La Féline avec un disque ambivalent qui, avec une production très simple (un seul synthétiseur Roland JX3P, une boite à rythme TR 808, une guitare et une basse) et des pistes plutôt dansantes joue sur des sentiments et des clés complexes (exemple cet a capella médiéval très court qui parle d’un Rêve de verre, un rêve indécent, pour le moins glaçant). Dernière piste et pulsion simple pour un album d'abandon: La Fumée dans le ciel.*Extraits diffusés * : La Ligne d’horizonDans le douteLe Parfait étatLa fumée dans le ciel La Féline, Adieu l'enfance (Kwaidan Records)Conncert le 27 nov au Nouveau Casino, Paris

Pour afficher ce contenu SoundCloud, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......