LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Bror Gunnar Jansson : le gémissement du serpent

5 min

Moan Snake Moan
Moan Snake Moan Crédits : Radio France

Comment réussir dans une musique née entre les champs de coton et le Bayou quand vous venez d'un petit village du nord de Göteborg ? Un jeune suédois vous montre le chemin, tortueux mais habité.

« Le son de cloche de l’église » selon Bror Gunnar Jansson. Ca change de celui qu’on entend d’habitude le dimanche. Vous écoutez un One Man band, un Suédois (qui fait tout ici guitare, batterie, saxophone et même zurna), il a 28 ans, son album Moan Snake Moan (le gémissement du serpent) a eu les honneurs de la presse régionale et nationale (Ouest France, Libération, L'Express, les Inrocks) et un coup de cœur de l'Académie Charles Cros (qui ne récompense pas que la chanson).

Il s’est illustré Bror Gunnar Jansson en France pendant les Nuits de l'Alligator (festival de référence aux confluents du blues) et se trouve bien connu et répertorié dans nos archives à Radio France puisque la discothèque possède, parmi ses raretés, un vinyle de son deuxième album, le précédent, tiré à 100 exemplaires seulement et loué par ceux qui ont pu l’écouter. Qui a dit que les archives étaient le dernier seuil avant la mort ?

Ain’t no Grave, pas de sépulture qui puisse retenir mon corps là-dessous.

There ain’t No Grave c’est la seule reprise dans cet album de Bror Gunnar Jansson, une chanson des années 30 signée Brother Claude Ely, pasteur pentecôtiste de Virginie qui inspira des années plus tard son album posthume à Johnny Cash.

Pour la petite histoire à propos du riff de guitare apprenez que ce gimmick n'appartient à l'origine ni à Chris Isaak (Baby Did a bad bad Thing), ni tout à fait à La Grange de ZZ Top mais plutôt à John Lee Hooker (et à son Boggie Chillen). Nul doute que Bror Gunnar Jansson, qui joue dans un autre groupe nommé "Serve You Right to Suffer" -en hommage à John Lee Hooker- ai placé là une autre référence, sorte de reprise à double exposant.

Il sait aussi composer des complaintes, Bror Gunnar Jansson (et pourquoi pas avec violoncelle) : Ballade de la montagne nouvelle (New Mountain Ballad)

Comment s’inscrire dans une musique née entre les champs de coton et le Bayou and vous venez d'un petit village du nord de Göteborg ?

Sans doute le fait d’être issu d’une famille de musiciens (quatre générations d'accordéonistes ou bassiste) est utile mais il faut aussi faire appel à sa propre histoire, c’est ce qu’il fait Bror Gunnar Jansson en s’inspirant d'un meurtrier pendu célèbre dans son village pour écrire autour d’un certain William Joseph Dean. Il est question de malédiction, des combats de boxe en noir et blanc, de deux hommes et un couteau dans une pièce.

Vous comprendrez pourquoi se trouve écrit sur le manche de sa guitare «Death where they sting» («La mort où elles piquent»)

Extraits diffusés :

The Church Bell’s Tone

Ain’t No Grave

New Mountain Ballad

TV

Moan Snake Moan (label Normandeep Blues)

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......