LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Dakh Daughters, Europe et femmes puissantes

5 min

dakhdaughters
dakhdaughters Crédits : Radio France

Les cordes, tambours et les voix de Ruslana, Tanya, Solomiia, Anna, Natalia et Natalka : vous êtes sous l’emprise des Dakh Daughters (filles du Dakh) issues de la compagnie de théâtre du même nom, créé à Kiev par Vlad Troitsky. Vous vous souvenez peut-être des Dakha Brakha, ici c’est le versant exclusivement féminin, et plus théâtral : l'une des comédiennes vient d'un groupe de rock, l'autre de la chanson de cabaret, la troisième du ballet. Les ukrainiennes ne cachent pas leur attachement culturel à l’Europe, il suffit d’écouter les paroles : « Rozy Donbass » reprend un Sonnet de Shakespeare (le 35ème) « No more be grieved at that / which thou hast done / Roses have thorns and silver fountains mud » (N’aie plus de chagrin de ce que tu as fait : les roses ont l’épine, et les sources d’argent, la boue... (traduction de François-Victor Hugo), le sonnet s’achève par « La guerre civile est entre mon affection et ma rancune ».

La référence à la rose, ajoutée ici par les Dakh Daughters, n’est pas étrangère à l’ancien surnom de la ville de Donetsk, la « ville au million de roses ». Au répertoire des Dakh Daughters également les textes de Bukowski ou de l'écrivain Ukrainien Taras Chevtchenko, mais aussi de vieux tubes des années 80 chantés en chœur avec la foule sur Maidan comme My sea : « Dans ce monde perdu, je préfère de vivre seul (...) tous mes rêves sauvages je ne les donnerai à personne, c'est ma mer. » Une version de concert captée sur une scène improvisée en plein Maidan, entre les militaires et la foule : les Dakh Daughters devenues des figures actives de résistance, pas tout à fait des « Spice Girls qui chantent avec des cocktails molotov » comme on a pu le lire dans The Guardian même si elles ont effectivement chanté sur les barricades, ce sont plutôt des « Pussy Riot, la bonne musique en plus » précise le metteur en scène Vlad Troitsky.

Les Dakh Daughters entre clowns blancs et cabaret, esprit punk et rap, le tout joué uniquement sur des instruments acoustiques. On peut trouver leur chansons sur internet (elles n’ont pas sorti d’album encore) mais elles sont en France en ce moment – aussi faut-il aller les voir en concert – ou les écouter à la radio comme ici dans les studios de Radio Vesti.

Dakh Daughters en concert ce soir aux Bouffes du Nord à Paris dans le cadre du festival Worldstock

reviendront en avril 2015 à Paris (au Théâtre Monfort) avec la pièce Le Théâtre des chiens de Vlad Troitsky

merci à Yury Hustochka pour la traduction des paroles.

extraits diffusés :

Donbass

My Sea (live Maydan)

Live @ Radio Vesti

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......