LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Echos, plumes et hommage : João Gilberto Gil

5 min

Gilberto Gil
Gilberto Gil Crédits : Radio France

Le canard qui fait coin coin avec un colvert, une oie, un cygne : le classique « Pato » de João Gilberto ici chanté par Gilberto Gil. L’air de rien ce petit canard, c’est l’hommage d’un géant à son maître, d’un bahianais à un autre, et une belle image de la fabuleuse révolution musicale qu’a connu le Brésil entre la fin des années 50 et les années 70.

Un fondateur du tropicalisme qui rend hommage au pilier de la bossa (qui lui est blanc), appuyé par de jeunes musiciens cela donne « Gilbertos Samba » paru cette semaine.

Les chansons signées des plus grands auteurs (Tom Jobim, Caetano Veloso, Vinicius de Moraes) que Gilberto Gil reprend à sa manière, sans y ajouter beaucoup d’effet. Il y a forcément quelques grands standards comme "Desafinado", hymne de la rencontre entre Stan Getz et João Gilberto (1964). Gil l’enrichit d’une orchestration hyper fine, teintée de rock indé et d’electro, comme une sous-couche très fine qui s’harmonise parfaitement avec le jeu acoustique et la plainte de la chanson « Ce que tu ne sais pas, ni ne veux reconnaître, C'est que les désaccordés ont aussi un cœur, Je t'ai photographié avec mon Rolleiflex, Il t'a révélé ton énorme ingratitude ».

Si tout fonctionne si bien c’est peut-être parce que ce disque c’est une histoire d’héritage à tout point de vue : produit par le fils de Gilberto Gil (Bem) et celui de Caetano Veloso (Moreno), on entend même les fils de Dorival Caymmi (un des grands chanteurs de samba, lui aussi originaire de Bahia) aux flutes et violão, on y croise enfin un héritier possible, Rodrigo Amarante, qui se contente que quelques percussions. Et puis il y a des inversions, des allers-retours, comme cette chanson écrite par Gilberto Gil, que João Gilberto enregistrait dans son "album blanc" de 1973, et presque 40 ans plus tard, Gil enregistre enfin sa version « Eu vim da Bahia ». On retiendra enfin cette composition personnelle adressée à son maître en épilogue, "Gilbertos", bouleversante.

"Gilbertos Samba" (Sony Music)

concerts :

6 octobre 2014 à Lyon, à l'Auditorium

11 octobre à Lille, au Théâtre Sébastopol

13 octobre à Paris, au Théâtre du Châtelet

18 octobre au festival Nancy Jazz Pulsations

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......