LE DIRECT

Forever Pavot : Rhapsode, oui

4 min

Forever Pavot
Forever Pavot Crédits : Radio France

Ce ne sont pas les cloches de la Messe pour le temps présent, vous écoutez « les Cigognes nénuphars » du groupe Forever Pavot, un disque qui vient de sortir (Born Bad Records).

La nouveauté est dans le vintage, ou comment faire du vieux avec du vieux c’est tout le projet utopique très érudit d’un jeune musicien Emile Sornin (qui joue ici de presque tous les instruments). Originaire de La Rochelle (de Nieul-Sur-Mer si l’on en croit un des titres du disque) vous le voyez ici en peinture sur la couverture de l’album : profil gentil garçon un rien militant écolo, cheveux longs et pull jacquard : c’est vrai, c’est un cliché.

Vous pensez au premier coup d’œil qu’il s’agit d’un nostalgique branché de plus, vous auriez tort de ne pas aller au delà, car à y regarder de plus près certains détails, comme les petits personnages étranges qui l’entourent, ont quelque chose d’ambigu, du merveilleux de la forêt médiévale, une atmosphère de mollesse et d’inquiétude qui rappelle les dessins de Ludovic Debeurme. Bref, c’est moins simple qu’il n’y paraît, et toute une géographie nouvelle s’ouvre à vous comme ici avec ce titre : la cloche de Chehery (dans les Cévennes) transportée outre-Manche.

Alors vous vous dites : on est à la lisière entre l’hommage, le disque d’inspiration « à la manière de » et la musique de petit malin qui porte plusieurs masques à la fois. Or, justement l’album s'appelle Rhapsode : le rhapsode désignait celui qui, chez les Grecs, récitait les œuvres des autres (contrairement à l’Aède, qui lui compose). Ce qui ne veut pas dire que le rhapsode est seulement un interprète (au sens contemporain) : il improvise sur un canevas connu, comme le troubadour. Rhapsode contemporain qui forcément emprunte à un art tout récent : celui du cinéma, évoque plusieurs musiques de films comme ici avec « le passeur d’armes ». Les amateurs de François de Roubaix et Michel Magne trouveront ici de quoi se réjouir, leur musique se perpétue.

Ce rapport au cinéma, et plus largement à la musique destinée aux images, est lié à une autre partie de la vie de Emile Sornin (alias Forever Pavot) : réalisateur de clips très recherché, il a signé des films pour Disclosure, Alt-J ou encore Dizzee Rascal. Des clips brillants, avec toujours une idée ou un décors simple (château du XVIIIème ou des bureaux d’entreprise et un élément fantastique ou surnaturel qui vient briser le décors – quand ce ne sont pas les corps.

Le rapport avec sa musique, Forever Pavot, a l’air assez lointain et pourtant tout le projet du rhapsode, improviser à partir des canevas connus, et cela va jusqu’aux titres : écoutez « Electric Mami ». Bon voyage.

extraits diffusés :

Les Cigognes nénuphars

The Sound of Chehery Bell

Le Passeur d’armes

Electric Mami

Rhapsode (Born Bad Records)

Concerts : 21 nov. à Paris, le 26 nov. à Nantes, 3 dec. aux Transmusicales de Rennes, 6 dec. Bordeaux, 27 dec. Béziers

L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......