LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Hasard, chance et avant-garde

5 min

Par Hasard : Chance Composition 1913-1951
Par Hasard : Chance Composition 1913-1951 Crédits : Radio France

La musique peut-elle advenir par chance ou hasard ? Vous entendiez ici un Erratum Musical de Marcel Duchamp, des notes jetées au hasard dans un chapeau, puis jouées répétées et ordonnées par un protocole précis. Duchamp non seulement peintre, homme de lettres et plasticien mais aussi musicien à l’occasion : proche de John Cage, avec qui il jouait aux échecs, mais aussi de Satie et Stravinsky. En 1913, l’année où il propose la démarche du ready-made (Roue de Bicyclette), Duchamp introduit aussi le hasard dans la composition musicale (comment se libérer de l’intentionnalité dans l’acte créateur, de la notion de goût, et de l’idée même d’œuvre d’art unique...) C’est sa démarche, celle de Picabia, de Georges Ribemont-Dessaignes qu’un label anglais remet à l’honneur avec cette publication Par Hasard : Chance Composition 1913-1951. En ces temps de « french bashing » un certain James Nice (écrivain et éditeur anglais) avec son label LTM Records (Les Temps Modernes) réédite non seulement des disques post-punk passionnants mais aussi toute l’avant-garde française, passionné de Dada et des Surréalistes il publiait il y a peu cet autre volume The French Avant-Garde in the 20th Century qui commençait par Canope de Claude Debussy.

Une composition de 1909 « très calme et doucement triste » jouée ici par Nicolas Horvath. Ce n’est pas la canopée des arbres dont il s’agit mais de canope un des récipients ou des jarres utilisées pour les embaumements en Égypte antique, les notes du disque nous apprennent que Debussy en possédait deux posées sur son bureau. Et comme le projet de ce French Avant-Garde in the 20th Century est chronologique, sans être mortuaire, il fait réentendre des voix, dont celle-ci : Guillaume Apollinaire qui dit Le Pont Mirabeau enregistrement de 1913.

Une des belles idées de cette collection LTM (en plus d’une documentation et d’une maquette impeccable) : faire entendre aussi bien des voix que les musiques d’une avant-garde. On entend Robert Desnos et Jean Cocteau, un hommage à Raymond Roussel... mais aussi le groupe des Six : Auric, Durey, Honegger, Darius Milhaud, Germaine Tailleferre (la seule femme du groupe) et Francis Poulenc : Valse. Peut-être pas ce qu’il y a de plus radical dans cette anthologie mais vous entendrez aussi Olivier Messiaen, Pierre Boulez, Pierre Henry, et Pierre Schaeffer bien sûr. Ses Cinq études des bruits, débuts de la musique qu’on a appelé concrète. « La musique est affaire de sons » ce que va s’appliquer à faire entendre Edgard Varèse dans le pavillon dessiné par Le Corbusier pour l’exposition universelle de Bruxelles en 1958 : Poème Electronique à l’époque diffusé sur 400 haut parleurs « faire entendre la musique littéralement dans l’espace » Varèse avait 75 ans.

extraits diffusés :

  • Marcel Duchamp : Erratum Musical (1913)

disque : Par Hasard : Chance Composition 1913-1951 (LTM Records)

  • Claude Debussy : Canope (1909)

  • Guillaume Apollinaire dit Le Pont Mirabeau (1913)

  • Francis Poulenc : Valse - Album des Six (1920)

  • Edgard Varèse : Poème Electronique 1958

Disque : The French Avant-Garde in the 20th Century (LTM Records)

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......