LE DIRECT

Le vallénato colombien, (ré)édition chez Ocora

5 min

Colombie – El Vallenato
Colombie – El Vallenato Crédits : Radio France

L’accordéon venu d’Europe, les percussions d’Afrique, et la guacharaca, le racleur indien : vous êtes en plein vallenato (prononcez vayénato). Le vallenato c’est à la fois une musique colombienne, née dans la région de Valledupar, au nord près de la frontière avec le Vénézuéla, c’est aussi le nom du troubadour populaire avec son chapeau à rayure. Après le bullerengue ou les musiques de Palenque de San Basilio, improvisation et joutes poétiques au programme de cette réédition chez Ocora (label de référence pour les musiques traditionnelles, édition Radio France depuis 1957)

« Ce paséo est de Leandro Diaz » dit ensuite la chanson Matilde Lina. On se concentre ici sur la tradition de vallenato, avec comme toujours chez Ocora une prise de son qui vous met quasi en présence des musiciens, dans la rue, dans une cuisine avec un accordéon seul.

Romance, risques et dilemme typique du vallenato : traverser le fleuve en crue pour voir celle qu’on aime. La creciente del César (la crue du César) de Rafael Escalona, devenue un classique vallenato. Ce n’est pas lui qui l’interprète (ici c’est Nicolas ‘Melacho’ Mendoza à l’accordéon) mais son auteur, Rafael Escalona, a été de son vivant un des plus grands auteurs de vallenato. Ses chansons très narratives, très précises, racontent à la fois son histoire et celles de ses régions (Magdalena, Guajira, César). Gabriel Garcia Marquez, dont il était proche et qui adorait cette musique, racontait que pendant sa jeunesse on ne dansait pas sur le vallenato. Il n’y avait pas de percussions. Retour donc à la parranda, la fête vallenata, improvisation des strophes en quatre vers, et rien d’autre : El amor-amor

Vous l’entendez peut-être, on chante sur quatre rythmes possibles : son, paséo, merengue ou puya. Le récit, lui est souvent tourné en joute entre musiciens (piquerias) sur le mode : « personne ne peut m’égaler » ou « Dites à Toño mon frère qu’il n’est qu’un jeune poulet » un accordéoniste prend même le pari de se battre en duel avec le diable pour mesurer sa dextérité… Histoires de coq, dieux, fleuves et femmes que la chanson emporte toujours à sa fin... retour de la guacharaca.

Extraits diffusés :

Matilde Lina

La creciente del Cesar

El amor-amor

Catalina Daza

Colombie – El Vallenato (Ocora)

L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......