LE DIRECT

L’IMA par quatre chemins

5 min

Parfum Ottoman
Parfum Ottoman Crédits : Radio France

La voix de Dogan Dikmen (chanteur stambouliote) accompagné par l’ensemble de Julien Jalâl Eddin Weiss, musicien et compositeur français décédé le 2 janvier dernier. Julien Weiss un habitué de l’Institut du Monde Arabe, spécialiste mondialement reconnu de la musique orientale, qu’il avait découverte à 23 ans, converti à l’Islam en 1986 (Julien Jalâl Eddin Weiss). Il avait vécu au Caire à Bagdad puis Alep et Istanbul, fondé l'Ensemble Al Kindi en 1983, jouait dans le monde entier, enregistré une vingtaine de disques (édités par l’Institut du Monde Arabe ou Le Chant du Monde) ce que vous entendez ici provient du disque « Parfum Ottoman ».

Il avait réussi à faire chanter sur la même scène des moines grecs byzantins avec des grands muezzins de Damas et une chanteuse maronite les faisant rompre le temps d'un concert avec leur dogme et leurs repères musicaux… avec lui la liturgie byzantine rencontrait les formes savantes islamiques, il racontait leurs influences mutuelles, par la musique. Je vous encourage à réécouter son interview par Sébastien de Courtois dans « Chrétien d'Orient » (en Oct. 2013 l’émission est toujours à l'écoute sur le site de France Culture) on découvre un homme de grande culture.

Autre répertoire bientôt à l’honneur à l’Institut du Monde Arabe, nettement plus rock : Hoba Hoba Spirit « Dark Bendir Army ». L'énergie de Réda Allali chanteur de Hoba Hoba Spirit, grand groupe de rock marocain "les Ramones de Casablanca" d'après les Inrocks jamais en mal de comparaisons, un groupe apparu il y a un peu plus de dix ans, ils s'étaient fait remarquer par des titres comme « Bienvenue à Casa » qui parle de la pollution du diesel et des ordures, « c’est ça le parfum casablancais ».

Ils jouent partout en Europe et en Afrique du Nord, on les a même vus au cinéma dans Il était une fois dans l’Oued… Hoba Hoba Spirit qui jouera samedi 24 janvier prochain à l'IMA à Paris.

Autre répertoire encore au programme, andalou et classique : Rita Saher « El Fandango de Candil » (le fandango à la chandelle) de Enrique Granados interprété ici par une jeune pianiste marocaine Rita Saher, invitée elle le 6 février prochain. Granados presque un pont à lui seul entre l’Espagne, la culture Andalouse et la France. On se quitte avec des français invités déjà il y a quelque temps à l’IMA pour une soirée Arabic Sound System : Hervé et Guido alias ACID ARAB : deux DJ français qui, après un séjour à Djerba se sont mis à jouer, mixer et mélanger la techno de Chicago des années 80 (l’acid House) avec des musiques orientales, écoutez ici « Samira » avec Fred Avril et le percussionniste jordanien Shadi Khries. Fièvre.

extraits diffusés :

Julien Weiss Jalal Al Din « Gazal ture neva »

Hoba Hoba « Dark Bendir »

Rita Saher « El Fandango de Candil » de Enrique Granados

Acid Arab « Samira »

L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......