LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

PIAF, une exposition

7 min

PIAF, une exposition
PIAF, une exposition Crédits : Radio France

Tout est là dans cette « Sérénade du pavé » chantée par Edith Piaf dans French Cancan , le film de Jean Renoir. Le pouvoir de la voix d’un côté, besoin d’argent et besoin d’amour en parallèle (ou en balance) comme dans un blues, et Piaf qui chante au masculin. En 1954 Edith Giovanna Gassion est devenue Edith Piaf, avec un seul f, contrairement au slogan de sa maison de disque Polydor qui à ses débuts (1937) lançait « Un talent Rude, Une Expression vraie : La Môme Piaff ». Hasard et sans correspondance, de l’autre côté de l’Atlantique, Billie Holiday naissait elle aussi l’année 1915. Centenaire de Piaf célébré en France notamment par une exposition grand public à la Bibliothèque Nationale de France à Paris. L’occasion de voir le dernier portrait qui lui consacrait Raymond Depardon, sa fameuse petite robe noire (ou bleu nuit semble-t-il à juger par l’éclairage) de nombreux documents manuscrits, brochures... et d’entendre partout sa voix, sa diction, son phrasé... son flot en somme, correc’ et réguyer comme les paroles de Marc Hely...

« Poésie directe, langage du peuple, mais sans excès sans caricature » notait Roland Barthes à propos de Piaf en 1948 dans une conférence « Chanson populaire du Paris d’aujourd’hui » (le manuscrit est présenté à l’exposition) il citera aussi Milord dans Fragments d’un discours amoureux . Piaf aujourd’hui dépossédée de sa musique et reprise partout, trois exemples au hasard... ce que devient l’Accordéoniste en 1999... un sample de Michel Emer repris ici par LMD, c’était l’ouverture de la bande originale du film Peut-être de Cédric Klapisch. Pour incarner un Paris englouti sous le sable, il fallait bien cette réminiscence de la musique de Piaf ; L’accordéoniste une chanson de cycle infernal, de boucle qui se finit par « Arrêtez la musique » Philippe Katerine s’en souviendra « peut-être » avec son fameux « Je coupe le son ».

Les mots, une fois dits par Piaf prennent une autre valeur comme le remarquait Cavanna « Elle chantait des conneries, c’est vrai, les éternelles cucuteries pour fille d’usine, mais qu’est-ce qu’en faisait ! Des Hymnes, de triomphes, des liturgies »

Qu’est-ce qu’on en fait de Piaf aujourd’hui ? Ce qu’Aznavour fit de Jézébel , chanson de Wayne Shanklin, sa propre chanson. Jézébel par la guitariste et chanteuse anglaise Anna Calvi. Je mentionnais Aznavour il faut bien sûr citer les grands paroliers et compositeurs que Piaf associe : Henri Contet et Norbert Glanzberg, Michel Vaucaire et Charles Dumont, Jacques Pils et Gilbert Bécaud, sans oublier Marguerite Monnod (qui compose entre autres Milord, Mon Légionnaire ou encore La goualante du pauvre Jean (texte de René Rouzaud 1954) : Ésgourdez rien qu'un instant / La goualante du pauvre Jean

  • (...) Qu'on soit riche ou sans un sou / Sans amour on n'est rien du tout*

Sujet central et unique résumé dans ce rose, inséparable de Piaf qui prendra des couleurs jamaïcaines mais toujours avec accordéon. Qu’est-ce qu’elle devient Piaf ? Qui répondrait sans doute : « j’m’en fous pas mal ».

extraits diffusés :

La Sérénade du pavé

Correc’ et réguyer

L’Accordéoniste - utilisation d’un extrait dans « The Way You Wanna (Do It) par LMD Jézébel par Anna Calvi

La vie en rose par Grace Jones

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......