LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Pierre Boulez, histoire et idées en éclat

6 min

Force est de reconnaître que Pierre Boulez, qui fête ses 90 ans, a pensé le XXème siècle, que celui-ci traverse toute sa musique, comme compositeur ou chef d’orchestre.

<source type="image/webp" srcset="data:image/jpeg;base64,/9j/2wBDACgcHiMeGSgjISMtKygwPGRBPDc3PHtYXUlkkYCZlo AjIqgtObDoKrarYqMyP/L2u71////m8H////6/ b9//j/2wBDASstLTw1PHZBQXb4pYyl Pj4 Pj4 Pj4 Pj4 Pj4 Pj4 Pj4 Pj4 Pj4 Pj4 Pj4 Pj4 Pj4 Pj4 Pj4 Pj4 Pj/wAARCAAqACoDASIAAhEBAxEB/8QAGgAAAgMBAQAAAAAAAAAAAAAABQYAAQQCA//EACoQAAEDAwEGBgMAAAAAAAAAAAEAAgMEETEFEhMhIkFRFBUyYoGRNGFx/8QAFQEBAQAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH/xAAWEQEBAQAAAAAAAAAAAAAAAAAAATH/2gAMAwEAAhEDEQA/AOtR1CamqdhlrWWXzip9v0prP5vwsUcL5b7I4DKDb5xU 36Vs1apc8Nu0X6ocogPeJnaWkysPG1kTB4BKdOSaiPifUE1jAUks0AdYie6su1hItkBZo5nQMczZz1KZnWvxAXD4YnjmY0/CoCtZE nPIMZQ23Nb9phqaKPdHd8v8QSSJjTyvuQg0bqKKSED1khMQwErRgipj2r5CaRgIOHkh2CVW0exXqogz1Dy2B5DSTZLr4Zi 4jd9JqKqw7IFiGKY1DHOY7I6JnGApYdlaD/9k= "data-dejavu-srcset="https://cdn.radiofrance.fr/s3/cruiser-production/2015/04/8934757c-e9ba-11e4-adec-005056a87c89/838_boulez.webp"class="dejavu"><img src="data:image/jpeg;base64,/9j/2wBDACgcHiMeGSgjISMtKygwPGRBPDc3PHtYXUlkkYCZlo AjIqgtObDoKrarYqMyP/L2u71////m8H////6/ b9//j/2wBDASstLTw1PHZBQXb4pYyl Pj4 Pj4 Pj4 Pj4 Pj4 Pj4 Pj4 Pj4 Pj4 Pj4 Pj4 Pj4 Pj4 Pj4 Pj4 Pj4 Pj/wAARCAAqACoDASIAAhEBAxEB/8QAGgAAAgMBAQAAAAAAAAAAAAAABQYAAQQCA//EACoQAAEDAwEGBgMAAAAAAAAAAAEAAgMEETEFEhMhIkFRFBUyYoGRNGFx/8QAFQEBAQAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH/xAAWEQEBAQAAAAAAAAAAAAAAAAAAATH/2gAMAwEAAhEDEQA/AOtR1CamqdhlrWWXzip9v0prP5vwsUcL5b7I4DKDb5xU 36Vs1apc8Nu0X6ocogPeJnaWkysPG1kTB4BKdOSaiPifUE1jAUks0AdYie6su1hItkBZo5nQMczZz1KZnWvxAXD4YnjmY0/CoCtZE nPIMZQ23Nb9phqaKPdHd8v8QSSJjTyvuQg0bqKKSED1khMQwErRgipj2r5CaRgIOHkh2CVW0exXqogz1Dy2B5DSTZLr4Zi 4jd9JqKqw7IFiGKY1DHOY7I6JnGApYdlaD/9k= " alt="couv" class="dejavu " data-dejavu-src="https://cdn.radiofrance.fr/s3/cruiser-production/2015/04/8934757c-e9ba-11e4-adec-005056a87c89/838_boulez.jpg" width="300" height="300"/>
couv
Repons (sans e), angle d’attaque possible dans l’œuvre de Pierre Boulez, esprit critique et polémiste redoutable à l’occasion qui, depuis Penser La musique en 1963 jusqu'aux Neurones enchantés - Le cerveau et la musique (entretiens avec Jean Pierre Changeux et Philippe Manoury chez Odile Jacob) a su écrire et défendre ses idées.

Vous l’avez peut-être remarqué, une très imposante discographie est éditée partout ces derniers mois à l’occasion des 90 ans de Pierre Boulez (le 26 mars dernier). Dont ce cube édité chez Deutsche Grammophon : sobrement intitulé 20th Century, le XXème siècle.

Et force est de reconnaître que Pierre Boulez a pensé le XXème siècle, que celui-ci traverse toute sa musique, comme compositeur ou chef d’orchestre. Strauss ou Mahler (dont il a tout enregistré au passage) aussi ont été de grands compositeurs et chefs d’orchestre, mais Boulez s’est aussi imposé comme une figure incontournable de la vie musicale avec l’ensemble Intercontemporain puis plus tard avec l’IRCAM (tous les deux impliqués dans ce Répons composition qui date du début des années 80).

En janvier dernier, pour l’ouverture de la Philharmonie de Paris – qui lui doit beaucoup – Daniel Barenboim dirigeait une de ses œuvres (Dérive ) suivie de Debussy (Prélude à l’après-midi d’un faune ), poème symphonique, l’occasion de rappeler l’attachement de Boulez à la poésie, notamment celle de Mallarmé.

Les questions de forme et d’esthétique marquent toute l’œuvre de Boulez, encore une fois comme compositeur et comme chef d’orchestre (même s’il a parfois considéré cette partie de son travail comme secondaire). Défendre l’école de Vienne, écrire plus tard à sa disparition en lettres majuscules « SCHOËNBERG est mort » (dans Relevés d’apprenti, p.272 Seuil 1966), dépoussiérer Wagner avec Patrice Chéreau (malgré des menaces de mort) être encore (il y a 3 ans) la cible d’attaques violentes jusqu’au sein du Collège du France... tout cela n’est pas rien. Si je vous encourage à voir le documentaire Boulez Radical sur Arte plein d’archives excellentes, relisez un texte comme "Regard sur autrui" et les quelques pages ou Boulez parle de Gilles Deleuze, Michel Foucault et de Roland Barthes qu'il a invités à l'IRCAM. Sans les viser directement, il évoque le peu d'intérêt des intellectuels pour la musique, le cloisonnement et la paresse des élites… et finit sur ces mots « Plus on va dans l'existence, plus on travaille, plus on est préoccupé de s'accomplir, et finalement, on est moins disponible pour les autres » (Regards sur autrui, Paris. Christian Bourgois p. 672-674)

Enfin allez écouter, et rien d’autre, la musique de Boulez et celle qu’il a dirigée. On se quitte avec une offrande musicale : Jean-Sébastien Bach orchestré par Anton Webern. Ricercare, ou recherche, le son et la forme. L’orchestre Philharmonique de Berlin sous les mains de Pierre Boulez. Pli selon pli.

(mc)

extraits diffusés :

Repons - Pierre Boulez

Prélude à l’après-midi d’un faune - Claude Debussy

Fuga (Ricercata) a 6 voci - J. S Bach, orchestration Anton Webern

20th Century – coffret 44 CD (Deutsche Grammophon)

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......